Auteur Sujet: Mon compagnon m'a quitté  (Lu 39938 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Riane

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 21
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #570 le: 22 Juin 2019 à 10:06:45 »
Bon courage à vous, Mike et Biche
Bon courage à nous tous

Pour la première fois depuis des années, je suis allée à une soirée "ouverte", avec plein de monde, organisée par une amie que j'apprécie beaucoup. Bien sûr, je me suis sentie tellement "à côté", j'ai joué le jeu, au mieux. Je ne sais pas si c'est la même chose pour vous, mais je n'arrive vraiment plus à me sentir "avec" les autres, c'est comme si la différence était tellement grande qu'on n'arrive plus à être sur la même longueur d'ondes.

@Helpa
Oui, bien sûr, pour les adolescents, c'est différent, je crois. Ils n'ont pas réellement conscience de ce qu'est la vie, la mort, ils ne réalisent pas vraiment tout ce que ça implique. Quand je parle d'égoïsme, c'est pour les adultes, plus conscients. Et même, c'est ma colère qui crie, ma souffrance, ce n'est pas juste. On a tous le droit d'être égoïste, et dans une certaine mesure, c'est même sain et nécessaire

@Mike
Je fais une différence entre "être en colère" et "en vouloir à quelqu'un". La colère est juste l'émotion, qui est saine je crois, de protection quand on a mal, quand on est en danger. L'autre nous a fait une énorme blessure et on est réellement en danger, si ce n'est de mourrir, au moins de ne plus réussir à vivre. Même si on est en colère, on n'en veut pas forcément à l'autre, enfin moi je ne lui en veut pas du tout. Il était fragile, il était beau, au fond de moi, inconsciemment, peut-être que je savais que cette fragilité pourrait le faire basculer, même si bien sûr, jamais je ne l'aurais imaginé, puisque moi-même je ne l'aurais pas fait, ou pas fait sans appeler au secours avant. On peut tout à fait être en colère sans en vouloir, sans même être fâché, je crois. S'autoriser à être en colère permet, je crois, de le démystifier un peu.

Cette solitude ...
C'est tellement difficile de trouver même juste 1 seule personne avec qui parler, et parler encore, qui puisse nous entendre, qui puisse nous faire sentir moins seul ... avez-vous essayé les groupes de parole ? est-ce que ça peut aider ? j'ai contacté une association qui en propose, je crois que je vais essayer

Je crois que pour se sentir moins seul, la seule chose qui puisse "marcher", c'est de pouvoir s'aimer soi-même, inconditionnellement. Pourquoi est-ce tellement dur de s'aimer, simplement, tel que l'on est exactement, quand celui que l'on aimait s'est suicidé ? Comment nous pardonner à nous-même ?

Toutes mes pensées pleines d'amour et de douceur à vous tous et à Mike et à Biche en particulier

Hors ligne dom1

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 39
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #571 le: 22 Juin 2019 à 10:27:20 »
La vie Mike...
Putain qu'elle est belle, même sans lui, elle l'est aussi.
Pleine de joies, de rencontres à venir, de plaisirs, d'amour, de moments géniaux ou banals d'ailleurs, en apparence...
Oui, le suicide est un acte égoïste.
Et alors ?
C'est le plus égoïste qui soit.
Ludovic a fait ce choix ultime, égoïste, dans sa liberté, respectable, que chacun de nous possède.
Le sentiment égoïste est un sentiment humain majeur inscrit dans nos gènes et qui nous permet aussi de vivre.
Oui, vivre c'est aussi être égoïste,  c'est oublier et faire sans ces personnes disparues.
Ces personnes qu'on aimait et nous aimaient.
Faire sans eux, vivre sans eux, et vivre heureux,
 sans eux, c'est possible.
Égoïste, je me libère de " l'emprise mentale " qu'a fait porté sur moi ce geste ultime de l'autre, que j'aimais.
Cette colère qu'on éprouve tous est normale.
Cet acte, c'est un choc mental majeur qui remet en cause notre liberté individuelle de penser, d'être, de vivre. C'est une forme d'agression psychique extrêmement violente.
Oui, cet être qu'on aimait nous a fait ça.
Paradoxe ?
Oui, et alors ?
Il a fait le choix de sa mort. Comment pourrais-je lui reprocher ce choix, de quel droit ?
De la même manière, qui oserait me reprocher la joie et le plaisir de vivre, malgré lui ?
Je suis égoïste ?
Oui. Et alors ?
Je suis un être humain.
J'aime la vie, ma vie.
Sans sa présence physique, je suis heureux.
Avec sa présence mentale, malgré elle, je suis heureux, je suis plus heureux que je n'ai jamais été.
Égoïste ?
Oui !
J'en ai le droit et je l'assume !

Domi...
« Modifié: 22 Juin 2019 à 12:24:32 par dom1 »

Hors ligne Riane

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 21
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #572 le: 22 Juin 2019 à 12:10:25 »
Magnifique ce que tu écris, Domi, magnifique

Hors ligne mike67

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 744
Re : Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #573 le: 23 Juin 2019 à 06:54:47 »
Allez Mike, on pense à toi, on comprend ta souffrance, on est là, chacun avec nos désespoirs parfois si différents.
Mais nos désespoirs qu'on doit arriver à surmonter, pour toutes sortes de raisons, pour la personne disparue, pour celles et ceux qui restent, un peu pour soi peut être

Tous ensemble, Mike. Et à toi aussi Biche07 je dis non vous n'êtes pas tous seuls tous les deux.

Mes amitiés

Philippe

Merci beaucoup Philippe pour ton message.
Tu as du coeur, c'est l'essentiel, le sel de la vie.
Tu sais aussi être là, marquer ton soutien quand on se sent moins bien.
Je t'en remercie beaucoup
J'espère que tu vas un peu mieux aussi
There is a light that never goes out

Je t'emmène ce soir

Hors ligne mike67

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 744
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #574 le: 23 Juin 2019 à 07:00:33 »
Merci à Riane, Helpa et à Domi pour vos messages. Ils sont extrêmement aidants.

Gros coup de tristesse et gros coups au moral vendredi soir...Je n'en menais pas large... et le seul endroit où je pouvais crier était sur ce forum. Merci de m'avoir entendu.
Cela fait aussi réfléchir sur les gens en crise suicidaire : c'est tellement intime, que finalement il est très difficile de se confier, de trouver la personne à qui décharger son sac... et le sac est souvent si lourd que les proches ne sont pas prêts à cela.

Cela va un peu mieux aujourd'hui. Du coup, je me sens un peu honteux.

L'équilibre et la voix vers la sérénité est bien long...
Se (re)construire prend du temps. Le suicide a un seul avantage : il nous met face à nous mêmes, avec nos interrogations les plus profondes.
Il isole et nous met en décalage par rapport aux autres, inévitablement. Parvenir à recréer du lien avec les gens de ce monde là (qui est le nôtre aussi) prend du temps.

Un bon dimanche à tous.

Une immense acolade à Biche bien sûr. Je pense à toi. Je vais un peu mieux ce matin, en terme de sensations simplement,
J'espère que toi aussi

Un immense merci à Philippe. Tu es en lutte et j'espère que tu vas gagner ton combat! Tu as toutes les ressources et le courage pour y parvenir.
« Modifié: 23 Juin 2019 à 07:22:54 par mike67 »
There is a light that never goes out

Je t'emmène ce soir

Hors ligne mike67

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 744
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #575 le: 23 Juin 2019 à 07:22:15 »
Je comprends Domi et Helpa sur la ntion d'égoisme + la notion de colère.
J'ai du mal avec l'expression d'une colère qui ne serait pas retourné contre quelqu'un.
Je pense souvent à Ludovic qui a retourné très certainnement sa colère (contre le monde, contre moi peut être), contre lui-meme. Peut être avait-il peur de laisser cette colère s'exprimer, en être submerger sans pouvoir la maîtriser.

Je suis aussi très ému par le message de Riane et je retrouve parfaitement l'état d'esprit de Ludovic dans tes mots :
il y a l'idée à un moment donné qu'ils ne comptent plus pour personne, qu'lls n'ont de l'importance pour personne.

Concernant les groupes de parole : j'y ai participé (association Empreintes sur Paris) : nous étions un groupe de 6 personnes. La première séance était très éprouvante car il fallait raconter son histoire aux autres. Mais cela permet de se rendre compte que d'autres personnes sont dans la même galère. La difficulté est que chaque histoire est unique, qu'on peut se sentir jugé ou incompris... ou aussi que le courant va passer moins bien avec telle ou telle personne car nous sommes humains.
Mais globalement ce sont de belles rencontres. Il y a surtout une personne du groupe qui m'aide beaucoup.
On a eu quatre séances de 2h chacune, avec des thèmes choisis par le groupe préalablement, encadré par une psy et une membre de l'association. elles sont là pour réguler et cadrer l'échange, mais les acteurs sont évidemment les endeuillés.
Les témoignages permettent de relativiser un peu et d'alléger sa valise de remords.
On continue tous à se voir d'ailleurs, régulièrement, souvent chez une membre du groupe, car plus sympa et plus facile d'échanger librement entre nous (compliqué de parler suicide dans un resto ou dans les transports :D).



« Modifié: 23 Juin 2019 à 07:25:51 par mike67 »
There is a light that never goes out

Je t'emmène ce soir

Hors ligne Bmylove

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1956
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #576 le: 02 Août 2019 à 21:37:12 »
Douce pensée pour toi, Mike.
J'espère que tu vas bien.
If I look hard enough into the settin' sun
My love will laugh with me before the mornin' comes

Hors ligne mike67

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 744
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #577 le: 12 Août 2019 à 12:19:28 »
Revu un très bon ami que l'on voyait très régulièrement avec Ludovic.
IL est une des rares personnes que j'aime mais que j'ai énormément de mal à revoir, car le revoir me renvoie au vide, à l'absence de Ludovic (souvenir de vacances à Marseille tous les trois, souvenir de tant de déjeuner, de sortie cinés ou expos tous les trois… du quotidien q qui appartient à un passé révolu, dépassé, brisé définitivement… un peu par ma faute).
Et je sais que cette peine ressentie est réciproque et qu'il a de la bienveillance à mon égard.

On s'est retrouvé à la sortie d'un métro et aussitôt, en se voyant, seuls tous les deux, les larmes nous sont venus au yeux immédiatement, impossible de garder le masque du sourire.
Ce moment n'a duré qu'un bref instant, mais je l'ai capté, cerné immédiatement.

Nous avons passé un bel après midi ensemble, mais inévitablement, le revoir me renvoie à la disparition de Ludovic.
Et je me rends compte que beaucoup de chose ne sont pas réglées.
J'étais fébrile, mélancolique dimanche soir.
L'ami en question évoque la mort de Ludovic, qui le peine toujours.
Je me rends compte que ce mot, je le brise, le lui arrache la gueule à ce mot de merde. La mort de Ludovic est pour moi une réalité impossible. Je parle de départ, de disparition. J'espère un jour le retrouver.
Je rejoins la réflexion de Bmylove. on rejette ce deuil impossible.

La culpabilité part, mais les regrets et la tristesse sont toujours là, immense, mais je parviens, par un fragile tour de passe-passe, à reprendre goût à la vie.

Continuer à batailler, à positiver pour cueillir la beauté de la vie.
Parvenir à se détacher de ce drame, pas par égoïsme, mais car j'ai la conviction que la solution du bonheur, de l'appaisement, du doux souvenir, de la présence continuelle de Ludovic, je la trouverai ailleurs.
There is a light that never goes out

Je t'emmène ce soir

Hors ligne emi

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 237
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #578 le: 14 Août 2019 à 23:41:05 »
Mike, je viens de lire beaucoup de messages que je n'avais pas vu (je viens plus rarement sur le forum).  Je vois que tu avances malgré les rechutes toujours présentes. Je me suis également rendue compte il y a quelques semaines que j'étais encore bien fragile. Je le savais que je l'étais (je pense que c'est à vie maintenant), mais je ne pensais pas autant. Un décès brutal (la maman d'une amie) s'est ajouté à des contrariétés et cela a suffit pour me déstabiliser fortement. J'ai eu des jours et nuits assez compliquées avec des crises d'angoisse. Je les sentais arriver alors j'ai réussi je ne sais pas trop comment à les gérer. Maintenant je suis dans une bonne phase alors j'en profite comme je peux.
Je suppose que ces montagnes russes nous suivront longtemps. Un suicide ne brise pas seulement 1 vie. Il nous brise nous aussi, puis par je ne sais quel procédé inconscient, il nous métamorphose.
Douce soirée...

Hors ligne mike67

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 744
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #579 le: 17 Octobre 2019 à 16:43:41 »
Un poème Ludovic,
rien que pour toi
Car je pense et penserai toujours à toi
Certains jours avec apaisement, mais souvent avec beaucoup de tristesse et d'amertume.
J'ai envie de marcher comme l'a fait Victor Hugo au plus profond de mon cœur et de mes pensées, pour te retrouver.

Sa fille Léopoldine noyée… je pense forcément à une de tes peintures fétiches, Ophélie, peinture préraphaélite, mouvement picturale que tu aimais tant et qui te correspond tant, par sa beauté et sa finesse.





Demain, dès l’aube ...

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Victor Hugo, extrait du recueil « Les Contemplations », 1856
There is a light that never goes out

Je t'emmène ce soir

Hors ligne Adnarag

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 59
  • ...
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #580 le: 17 Octobre 2019 à 18:35:44 »
Il est de nombreuses peintures d'Ophélie, mais celle de John Everett Millais  est très belle.

Merci.
Puisque tu m'accuses.