Auteur Sujet: mon amour  (Lu 3562 fois)

0 Membres et 3 Invités sur ce sujet

Hors ligne Mircea

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 198
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mon amour
« Réponse #60 le: 14 Septembre 2018 à 23:16:12 »

chuuut …. juste ….
les battements de notre amour, coeur à coeur,
le bruissement de nos âmes, d’âme à âme …

https://www.youtube.com/watch?v=A_e-AZdIwdU&feature=youtu.be

Hors ligne Mircea

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 198
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mon amour
« Réponse #61 le: Aujourd'hui à 00:03:12 »
16 mars – 16 septembre : 6 mois, la moitié d’une année ….

6 mois ... depuis ce vendredi du 16 mars , que tu ne vis plus auprès de nous …

Ce matin-là, comme souvent, tu m’as dit que j’étais belle, et plein de petits mots d’amour … nous avons pris le petit déj ensemble, tranquille ….

Une asso du coin qui donne des cours à des migrants mineurs isolés cherche un hébergement (caravane etc …) pour ces jeunes : je pense à notre caravane et notre terrain….. Tu me dis que c’est une bonne idée.
 
Puis tu enchaînes : « tu sais ce que je voudrais vraiment ? Je te réponds : « la Roumanie, ta famille te manquent ? ».
Tu répliques que tu préférerais retourner en prison plutôt que repartir en Roumanie.

Alors je te renvoie ta question : « qu’est-ce que tu voudrais vraiment ? » Je me souviens encore de ton regard et du son de ta voix quand tu m’as dis « tu ne le sais pas ? Tu es sûre ? »… j’ai commencé à avoir des craintes (mardi tu avais évoqué ton envie de mourir puis « ça allait mieux » ...) …. tu as ajouté « mais tu vas être triste ». Je pense que voyant ma tête effarée, tu t’es alors repris : « j’ai envie de fumer » (depuis ton retour, tu avais décidé d’arrêter la cigarette, l’alcool, le café. On avait alors donné le tabac, il restait 2-3 cigarettes dans la voiture). Je te réponds : « ah si ce n’est que ça, ça va ... ».

Je te rappelle d'évoquer avec le psychologue tes problèmes de mémoire qui t'inquiètent tant, ton envie de mourir de mardi et ton souhait de rencontrer un psychiatre au plus vite pour revoir ton traitement. Vu tes problèmes de mémoire, je propose d'écrire ces 3 choses .... Tu me dis que ça va aller et ajoutes "les psychiatres et les psychologues, je les connais bien maintenant ....

Tu es parti prendre une cigarette et tu es entré dans le hangar. Je t’ai rejoint. Tu fumais, tranquille, accroupi.
Quelque chose me gênait mais je ne savais pas quoi. J’ai eu envie de te demander ce que tu étais venu faire dans le hangar et je me suis reprise : des questions, j’en pose tellement …. (maintenant je suis persuadée que tu étais venu chercher une corde, la corde …. des cordes pas trop grosses et très solides on en a +++ pour la yourte).
Je t’ai quand même demandé si tu avais envie de mourir … tu m’as répondu « non ». Je t’ai cru sans hésitation (tu avais toujours mis un point d’honneur à dire les choses telles qu’elles étaient même si c’était dur etc.).

Je devais te déposer chez le psychologue et aller au travail. Je t’ai proposé de venir te rechercher dans l’heure du midi car de l’orage était annoncé. Tu m’as dit que ce n’était pas la peine, que j’avais suffisamment de travail comme cela et qu’en coupant par la forêt, tu serais protégé de la pluie et vite rentré chez nous.

Je t’ai déposé devant l’hôpital en te disant que je t’appellerai le midi pour avoir des nouvelles, savoir si je revenais par rapport à l’orage …. et je suis partie au boulot.
Tu n’as pris que ton téléphone, pas un centime, aucun papier ….

Le midi j’ai appelé : tu n’as pas répondu. J’ai essayé plusieurs fois : rien. Au début je me suis dit que tu avais peut-être un problème de téléphone etc ...  plus le temps passait, plus l’inquiétude montait… 
En rentrant chez nous avec D, l’angoisse m’étreignait quand je ne vis pas de fumée s’échappant de la cheminée. Quand je suis rentrée dans la yourte, j’ai vu que tu n’étais pas rentré de la journée ….

Même si je ne pouvais m’empêcher d’espérer un peu, un tout petit peu, tout hurlait en moi que tu étais mort. Alors, je suis partie à côté de la  forêt et j’ai hurlé à la mort, comme une louve (mais pas en meute cette fois ….).

A partir de ce soir là, je l’ai vue, revue, rerevue de multiples fois cette dernière matinée avec toi, les mots, les regards, les ressentis … tout prenait sens ….

J’aimerai arrêter de compter les mois, de toute façon je suis en dehors du temps, ………   je n’ai pas peur de t’oublier, ha ça non !

Ca fait une semaine que je ne t’ai pas allumé une bougie, ces derniers jours le chagrin reprenait trop de place ... Là ça s’apaise, je pense que je vais pouvoir t’allumer une bougie avec le sourire …

Je pense très, très fort à toi …

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2311
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : mon amour
« Réponse #62 le: Aujourd'hui à 01:53:14 »

Mircea,

Je ne peux ... NE PAS te laisser un mot amical de réconfort ce soir !
.....................
Magnifique Histoire d'Amour dont la fin est Infiniment Triste ...
.....................
Catherine, tu seras éternellement SA BELLE ...
....................

Pensée pour LUI
Pensées pour TOI

Tendrement.
Federico

- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !