Auteur Sujet: Le départ de mon fils  (Lu 584 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Outre-mère

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 6
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Le départ de mon fils
« le: 25 Mars 2017 à 21:41:41 »
Bonsoir,
Je lis vos témoignages depuis quelques mois et je trouve dans vos paroles décrivant l'indicible douleur que la perte d'un enfant peut causer, une sorte de réconfort, une compréhension que seuls ceux qui traversent ce terrible marasme si dévastateur et anéantissant peuvent partager.

Mon fils a mis fin à ses jours il y a 15 mois, la veille de Noël, 12 jours après avoir "fêté", façon de parler, son anniversaire.
Il était dépressif et je m'inquiétais beaucoup à ce sujet car je savais qu'il prenait des médicaments qui selon moi n'étaient qu'un poison infernal et progressif juste bon à endormir les facultés cognitives, sûrement pas un remède pouvant guérir son mal-être dont je ne connaissais pas l'origine.

Je repense à son enfance qui a été joyeuse et sereine et je n'arrive pas à comprendre ce qui a pu le faire basculer dans les morsures du mal de vivre. Si, peut-être....une piste: il était entier, très sensible et intègre, ne supportant pas la cruauté, la bassesse, la malhonnêteté. Généreux et toujours prêt à aider les autres, il me disait que certains comportements "humains" le dégoûtaient et qu'il désirait se retirer à la campagne pour éviter de côtoyer ses semblables pas si semblables capables des pires atrocités.

Je comprenais parfaitement ses sentiments puisque je le partage, raison pour laquelle je n'ai pas ressenti de colère en apprenant son ultime geste de désespoir, j'ai juste ressenti une énorme tristesse, une douleur terrible et un manque abyssal.
Ce que j'éprouve encore aujourd'hui.
Parfois j'arrive à rationaliser cette épreuve en me disant que nos enfants ne nous appartiennent pas, que c'était son choix au fond ( sujet à discussion car sous l'emprise de ces poisons chimiques le libre arbitre me paraît inexistant), que c'était son karma etc etc....
Mais émotionnellement je me sens amputée. La blessure est profonde et béante, rien ni personne ne pourra jamais la guérir totalement.
Je me sens comme un puzzle: plein de morceaux à rassembler mais des pièces indispensables manquantes. L'image finale sera et restera incomplète quoi qu'on fasse.

J'ai eu la grande chance de le voir me rencontrer la nuit, dans mes rêves.
Je ne sais pas si vous croyez à la continuité de la vie après la vie. Moi si et mon fils m'a fait part de ses sentiments après avoir quitté ce monde le soir même de son départ en essayant de me rassurer en souriant (je voyais bien que ça sonnait faux, je savais qu'il regrettait déjà son acte) et ces rencontres nocturnes se sont poursuivies les mois successifs, en s'espaçant au fil du temps mais ce contact restant constant.

Il me manque horriblement je l'avoue. Rien que le fait de répondre à une question genre" tu as des enfants"? qui peut paraître tout à fait anodine me plonge dans une tristesse infinie.Oui, j'ai deux enfants je réponds car mon fils devenu invisible  vit en moi et dans une autre dimension  et son frère vit tout court dans cette vie ici-bas.

Voilà, j'avais envie de parler un peu de lui aujourd'hui, j'espère, si vous m'avez lue jusqu'au bout, de ne pas vous avoir trop ennuyés.

Des hauts et des bas....c'était un jour bas, j'avais besoin d'exprimer ma tristesse mais ça va mieux. Demain est un autre jour!



Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2029
Re : Le départ de mon fils
« Réponse #1 le: 25 Mars 2017 à 22:25:28 »

   Bonsoir Outre-mère ...
   Des caractères entiers, exigeants, intuitifs ...
   en bute à la médiocrité du monde ...
   Puis la dépression, de ne pas trouver sa place ni son oxygène dans cette société futile ...
   La sensibilité est à double tranchant ...
   Tant qu'il y aura des êtres éveillés et des endormis ...
   C'est plus facile de fermer les yeux ...
   Mais le suicide des lucides est si cruel pour les proches ...
   Tendresse à toi, M.
   
J'aime donc je suis !

Hors ligne Romane

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 728
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Le départ de mon fils
« Réponse #2 le: 26 Mars 2017 à 00:57:00 »
Bonsoir Outre mer
Je vous ai lu jusqu'au bout. Mon petit garçon est également parti, il avait 14 ans et demi. Bientôt 16 mois.
Je me sens également comme un puzzle, les pièces balancées aux quatre coins de l'univers.
Difficile de trouver les mots.  Écrire peut aider.
Très sincères pensées






Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1480
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Le départ de mon fils
« Réponse #3 le: 26 Mars 2017 à 07:52:09 »

Bonjour Outre-mère,

Je vous ai compris... nous savons ... "énorme tristesse, indicible douleur, manque abyssal"... chagrin impartageable... inimaginable souffrance...

Puis je vous demander quel est le prénom de votre fils et son âge ?

" - Je repense à son enfance qui a été joyeuse et sereine et je n'arrive pas à comprendre ce qui a pu le faire basculer dans les morsures du mal de vivre. Si, peut-être...une piste : il était entier, très sensible et intègre, ne supportant pas la cruauté, la bassesse, la malhonnêteté. Généreux et toujours prêt à aider les autres, il me disait que certains comportements "humains" le dégoûtaient et qu'il désirait se retirer à la campagne pour éviter de côtoyer ses semblables pas si semblables capables des pires atrocités."


Vous pouvez compter sur mon soutien...

Je suis le papa de Raphaël qui a choisi de se suicider à l'âge de 18 ans !
Mal-être... mal de vivre... jeunesse qui s'exclame et ne supportant pas cette putain de société !
Son sang a coulé... il ne vivra pas centenaire ... non !

OUI, en effet, demain est un autre jour ... et même que hier soir nous avons été obliger d'avancer d'une heure...
Avançons donc mais allons à notre rythme... nous faisons déjà de notre mieux... c'est pas si mal que ça ! soyons doux et indulgent avec nous-même !

Prenons bien soin de nous !

Bien Solidairement.
Federico

Ps :  ;) et  :-* à Romane... oui, difficile de trouver les mots... souvent, nous sommes là où les mots n'existent pas !
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Outre-mère

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 6
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Le départ de mon fils
« Réponse #4 le: 26 Mars 2017 à 10:28:57 »
Je vous remercie.
Souci: la lucidité et la sensibilité peuvent parfois se montrer néfastes...il m'arrive d'envier parfois qui vit sans trop se poser de questions, dans l'individualisme le plus totale et dans l'ignorance de ce qui se passe dans cette planète en ruine par cause humaine.
L'homme est capable de tout, même du pire, hélas!

Romane: votre fils était très jeune....je compatis sincèrement. Il a si peu vécu et pourtant  il était assez désespéré pour mettre fin à ses jours. J'ai une amie qui a perdu sa fille à cause du harcèlement qu'elle subissait au lycée. Elle s'est défenestrée quelques semaines après son anniversaire. Elle avait 15 ans et toute la vie devant elle. Quelle triste fin.

Federico:mon fils  Andreas venait d'avoir 30 ans. Il avait des passions, un très bon métier, des amis  et des collègues de travail qui l'estimaient, trois chats qu'il avait recueillis et qu'il adorait. Mais suite à une rupture sentimentale qui l'a fait particulièrement souffrir car il était très amoureux, il a décidé qu'il allait en finir car pour lui la vie n'avait plus aucun sens.

J'ai toujours crû que le fait d'inculquer des valeurs morales aux enfants en leur donnant beaucoup d'amour et d'attention aurait pu les aider à grandir et à devenir forts face aux adversité que toute vie nous réserve, mais, manifestement je me trompais: une grande fragilité peut se cacher derrière des apparences tout à fait anodines ou des attitudes joviales et sereines extérieurement.
Comment détecter l'insoutenable souffrance qui pousse à cet acte ultime si atrocement irréversible?
Comme beaucoup d'entre vous je pense qu'il y a un avant et un après....sortir du tunnel prendra du temps car le chemin est sombre et tortueux et on le parcourt en solitaire malgré l'aide proposée par nos proches.
Oui, il faut prendre soin de soi pour ne pas sombrer et c'est justement ce que nos enfants si tôt partis voudraient qu'on fasse. Continuer à vivre avec  leur absence physique certes, mais en étant toujours accompagnés par leur présence spirituelle qui elle ne nous abandonnera jamais.

Hors ligne Helpa

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 281
  • En manque de ma fille partie volontairement à16ans
Re : Le départ de mon fils
« Réponse #5 le: 26 Mars 2017 à 12:13:49 »
Bonjour Outre-mère,

Je suis comme toi, je crois à la vie après la vie. Tu as eu de la chance dans ton malheur de le voir régulièrement dans tes rêves. Est-ce qu'il t'a fait passer des messages ? Et as-tu eu d'autres signes ? Ca aide beaucoup, même si ça n'enlève pas la douleur.

De tout coeur avec toi.

Hors ligne Outre-mère

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 6
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Le départ de mon fils
« Réponse #6 le: 26 Mars 2017 à 13:28:41 »
Oui Helpa, j'ai eu plusieurs messages de sa part.
Dès le premier soir suivant son départ il est venu me voir et depuis j'ai rempli des pages et des pages, une lettre virtuelle que je lui ai adressée et qui contient tous les rêves ( nombreux) dans lesquels nous nous sommes rencontrés lors de nos virées nocturnes. J'attendais d'ailleurs ces moments tous les jours, non, toutes les nuits plutôt, car j'avais constamment l'espoir de le revoir, de pouvoir lui parler, l'embrasser, le réconforter, l'apaiser.
Je peux dire que j'ai  pu ressentir ses états d'âme comme s'il s'agissait des miens tellement ces rêves étaient "vivants"...
Je me tiens à ta disposition si tu veux en savoir plus.
Je sais bien que tout ça ne nous  les rendra pas mais d'un autre coté les savoir vivants dans une autre sphère, un autre monde, une autre dimension, nous aide à tenir malgré leur absence palpable et ô combien douloureuse.