FORUM "LES MOTS DU DEUIL"

Comprendre et vivre son deuil => Après le suicide d’un proche => Discussion démarrée par: Mô le 08 Novembre 2016 à 19:26:01

Titre: Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: le 08 Novembre 2016 à 19:26:01
Mô, mots, maux...
Mon chien, mes mots, nos maux, les miens et ceux de mes enfants... depuis 4 mois et un jour.

"Lui seul a le droit de détruire, car lui seul sait comment
les choses peuvent être reconstruites.
Lui seul a le droit de séparer car lui seul connaît
le fil qui unit tout.
Lorsqu'il dérobe quelque chose,
c'est pour le remplacer par quelque chose de meilleur.
Lorsqu'il réduit notre demeure en ruine, il veille
à ce qu'une reconstruction meilleure soit érigée à sa place."

RÜMI, poète soufi.

Je n'ai pas, et n'ai jamais eu de croyances particulières. Une famille étoilée plus qu'il n'en faut... Mon mari a fait un choix, son choix, il y a 4 mois et un jour. Un mal-être viscéral qu'il m'a fait touché du doigt grâce à nos longues conversations. Il a fait le choix de nous quitter mais m'a toujours dit que nous étions son ancre. Je n'ai pas de culpabilité, c'est son histoire de vie. Son histoire est la nôtre. Elle fait désormais partie de la mienne et de celle de nos enfants. Nous cherchons tous les trois, de nouveaux repères, un nouvel équilibre... Mais ce vide abyssale... qu'en faire ? Face à cette douleur incommensurable, impossible de réagir de manière tout à fait terre à terre. Alors OUI aux signes, OUI à l'au delà et OUI, il a été là, il est là et sera toujours là. Une présence volatile, imperfectible à l’œil nu mais au combien rassurante et réconfortante. Cette présence, imperceptible même pour moi, mais qui vient me rechercher quand le ressac a été trop fort et qu'il m'a emporté au large.

En tant qu'être aimée et maman, je pleure, je le pleure et ne comprends pas pourquoi il m'a, nous a, privé de son amour.
En tant qu'être aimant, je le comprends, je lui pardonne et continues à l'aimer hier, aujourd'hui et demain. Il en va de même pour nos enfants qui aiment leur papa ici et ailleurs d'un amour inconditionnel.

Le soleil brillait aujourd'hui, il nous réchauffe, Hauts les cœurs !
Que la lumière qui t'entoure soit aussi pénétrante que la nôtre,
Qu'elle t'entoure, t'enveloppe de notre amour inconditionnel.

Merci à tous pour vos témoignages que je lis parfois en larmes et parfois pleine d'espoir.

Mô,
mon chien dans la vie mais moi pour ce forum. Nouvellement inscrite et premier post.



Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: Webmaster le 10 Novembre 2016 à 16:21:51
Bonjour Mô,

Je viens de tomber par hasard, sur ton témoignage. ton premier témoignage. Mais quelle poésie dans les mots, quelle beauté malgré la douleur ! Il me coupe le souffle. Pourrais-tu m'en écrire plus sur ton mari et sur ce "choix" qui a bouleversé vos vies, la tienne et celle de tes enfants.
Encore merci d'avoir partagé ce texte si poignant.

Chaleureusement,

Yacine
Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: le 10 Novembre 2016 à 19:23:15
Bonsoir Yacine,

Merci infiniment pour votre message.

Parler de lui, de ce choix, qui il était, m'est difficile.

Difficile d'écrire sur lui, de lui, de son mal-être... peur de lui être infidèle ou plutôt infidèle à sa vérité qui l'a menée dans cette voie sans issue. Ma certitude, ma vérité est qu'il m'a confiait sa souffrance. Il m'a montré quel était son désarroi, tout d'abord en tant qu'ami puis en tant qu'amoureux. Nous nous sommes connus à l'âge de 15 ans et sommes restés très très proches durant 15 ans car nous nous sommes toujours beaucoup aimés tout en respectant nos vies respectives. Puis, le jour est arrivé où lui comme moi étions libres et cela nous est apparu comme une évidence...

Nous avons vécu 8 années de bonheur conjugal absolu,  mariage, deux beaux enfants... Nous avons été en sursis durant ces 8 belles années. Et puis, ses démons sont de nouveau venus lui rendre visite et au fil des années, se sont faits de plus en plus présents...

Il m'a confié sa souffrance. Cette phrase semble anodine mais pourtant elle est mon salue, ma bouée, mon ancre qui me permet de ne jamais sombrer dans la culpabilité. Ce sentiment effroyable mais Ô combien présent dans ce genre de deuil compliqué. Il n'avait de cesse de me répéter qu'il n'aurait jamais imaginé être aimé ainsi. Il m'a toujours fait sentir que j'étais la seule à le porter dans cette douleur, à l'accepter et le comprendre malgré cette auto-destruction qui, bien évidemment, me touchait au plus profond de mon être.

Mon mari était un homme malheureux en dépit de l'amour que nous, nos enfants et moi-même, lui portions et en dépit de tout l'amour qu'il nous portait.

Ceci est, mon mari s'est suicidé et je suis seule, désormais, pour admirer nos enfants grandir, les aider, les aimer, les accompagner, les réconforter, les écouter, les fâcher "parfois" !... Je suis seule mais avant de partir et durant ce beau partage de vie, mon mari a su nous prouver que nous étions  son essentiel. Tout cet amour qu'il m'a donné et que je lui ai donné me convainc chaque jour que ce choix est le sien et que rien ni personne n'aurait eu le pouvoir de l'encourager ou de l'en empêcher.

Cela n'enlève rien à cette douleur cruelle liée à l'absence, au deuil de mon passé, de mon présent et de mon futur tel que je l'avais envisagé à ses côtés. Mais lorsque le ressac arrive, ne pas lutter contre l'élément, le laisser nous emporter, garder la tête hors de l'eau pour ne pas se noyer... ceci est, mon mari s'est suicidé, je suis seule avec mes deux enfants et c'est normal que les vagues m'emportent souvent mais un peu moins fort chaque jour. Surtout ne pas résister, mon mari était skipper professionnel, c'est une chose qu'il m'a apprise : en cas de tempête, ne pas combattre sinon notre bateau coulera à coup sûr. Il savait très bien le faire en mer mais n'aura pas su le faire sur terre...

A vous tous, merci pour vos témoignages, pour tout cet amour que je peux lire dans vos messages.

Chaleureusement,

Mô.
Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: souci le 10 Novembre 2016 à 22:49:27

   La dépression, quelle saleté ...

   Mô, je commence bizarrement mon message, n'est-ce pas ...

   Et c'est pourtant la réflexion, le soupir, qui me viennent naturellement en lisant cette "nouvelle histoire" de suicide ...
   Combien ce mot affreux est lourd pour les proches ...
   Je constate que tu t'apprêtes à protéger ta famille coûte que coûte et à faire face à la tempête qui a englouti ton mari ... tu  perçois déjà un avenir possible ... et je comprends que tu y mettras toutes tes forces de maman ...
   Félicitations pour votre belle histoire d'amour et vos beaux enfants ...
   Bien solidairement, Martine.
 
   
Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: Webmaster le 11 Novembre 2016 à 13:46:53
Que votre témoignage est émouvant Mô. Je crois que la dernière fois que j'ai été autant ému, c’était lors du visionnage de ce reportage (https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Voyage_d%27une_vie)  que vous connaissez peut-être. Je l'ai vu à un moment où je me posais beaucoup de questions sur le suicide et une réponse à cette fameuse question sans fin du "pourquoi?".
J'ai trouvé dans ce reportage une mère qui trouvait des mots très justes pour parler du "choix" de son mari à ses enfants. En lisant votre témoignage, je retrouve cette justesse et cette poésie pour évoquer, une relation, une histoire et surtout une souffrance que même l'amour le plus fort ne semble pas pouvoir toujours apaiser. Pourtant cette amour, c'est aussi ce qui vous donne une force qui se lit dans vos mots, il semble vous permettre de vivre de manière plus apaisée ce sentiment de culpabilité pourtant d'habitude si dur à vivre après un suicide. Encore merci Mô d'avoir pris le temps et la peine de cet exercice si difficile de mettre des mots sur les maux, votre témoignage m'apporte beaucoup.

Chaleureusement,

Yacine
Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: le 11 Novembre 2016 à 17:30:58
A vous Souci, A vous Yacine,

Merci beaucoup de m'avoir lu et du réconfort que vous m'apportez en retour.

Yacine, je ne connais pas ce reportage mais je vais m'empresser de me le procurer. J'ai parcouru sur le net ici et là des informations sur Maryse Chartrand, dont je ne connaissais pas l'histoire, ses témoignages font écho en moi de manière très forte.

Effectivement, quand le passé et le futur sont trop dur à penser, que faire ? Hormis, être dans le présent, dans l'ici et maintenant. Cette épreuve m'a ouverte à une certaine forme de spiritualité... regarder, contempler, méditer, s'émerveiller aux choses que nous ne voyions plus depuis tant d'années. Nous ne vivons qu'au jour le jour avec mes enfants alors oui remercions la vie lorsque mon fils nous fait une blague à table, alors oui remercions la vie quand ma fille, dans une étreinte majestueuse, me dit "Je t'aime maman".

Mon mari, leur papa, est mort mais nous, nous sommes bel et bien vivants, qu'on le veuille ou non, alors vivons aujourd'hui plus que jamais.

Encore un grand merci Yacine pour ce partage.

Je vous souhaite à tous une belle fin de journée.

"L'amour ne voit pas avec les yeux mais avec l'âme". William Shakespeare.
Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: le 16 Novembre 2016 à 19:44:00
Triste mois de novembre...

Notre lumière intérieure s'amenuise à mesure que la lumière du jour diminue...
Le vent et la pluie s'engouffrent jusqu'aux tréfonds des chairs...
Que cet automne est froid et humide...

Dès juillet, je savais que ce mois de novembre serait plus douloureux que tous les autres, Il l'est, assurément.

C'est incroyable comme la perte de notre moitié nous renvoie à nos autres deuils... Pourquoi ? peut-être trouverais-je un jour la réponse...

Persuadée que ces cicatrices ne feront, désormais plus que me chatouiller... Et bien non, je me suis trompée. En ce mois de novembre, elles sont de nouveau béantes.

Mon cher papa, l'autre homme de ma vie, nous a quitté après un long combat contre le cancer. Enceinte de mon deuxième enfant, je n'ai certainement pas exprimé mon chagrin comme il aurait fallu. Voilà, 5 ans après ( le 23 novembre), j'avoue me sentir bien désemparée, sans doute un peu désespérée.

Mon cher parrain, un autre homme dans ma vie, mon idole ! 28 ans demain que son avion s'est écrasé...

Voilà, j'y suis. Une bonne grosse vague m'a emmené depuis quelques jours maintenant, j'attends, je ne vois pas le rivage mais je sais qu'il n'est pas loin.

J'attends mais c'est long, très long et il fait froid, tellement froid dans l'eau en Novembre...

A vous tous, merci d'écrire sur ce forum.

Chaleureusement,


Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: kompong speu le 16 Novembre 2016 à 20:56:15
"j'attends mais c'est long, très long et il fait tellement froid dans l'eau en novembre"
Merci de dire si bien ce que je ressens si fort
Mille pensées pour toi
Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: le 16 Novembre 2016 à 21:37:49
Merci beaucoup Kompong speu,

de me lire et me répondre... cela me touche profondément.

Votre histoire me touche beaucoup, sans soute parce que j'ai des enfants...

De tout mon cœur, je vous lis...

Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: le 16 Novembre 2016 à 22:02:57
Souci m'a écrit " tu y mettras toutes tes forces de Maman"...

Oh oui, j'essaie, chaque jour qui passe je lutte comme une folle, éperdument, je mets mon masque... pour ne pas que ma peine les effraie. Je protègerais mes enfants coûte que coûte, ils sont l'essence de mon moi, de notre nous.

Mais la femme, l'enfant qui est en moi sont tout simplement sur une autre planète. Leur maman est là, la fille que je suis pour maman est là (maman est si inquiète pour moi, pour nous), la sœur que je suis est là (mes sœurs sont formidables, je les aime tant)mais...
 la femme de son mari, la fille de son papa, la filleule, la nièce (de cet oncle qui a tué sa femme) et de cet oncle qui est parti trop tôt, la petite fille de ses grands pères, la petite fille de sa chère mamie, où en est-elle ?

Et bien ce soir, hier, et certainement demain, out of order !!!! je veux pleurer, j'en ai besoin. Pourquoi tant épreuves ? S'il existe quelque chose plus puissant que nous alors pourquoi ? où tout ceci doit me mener ?

Bref, je n'aurais pas dû signer ce contrat ( peut-être ne m'a-t'on pas demandé mon avis, d'ailleurs !!!).

Quoiqu’il en soit, mes enfants sont là alors je vais me battre mais pas ce soir...

Toujours chaleureusement,

Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: souci le 17 Novembre 2016 à 00:38:10

    On a parfois les forces de je-ne-sais quel personnage épique qui sommeille en nous ...

    Et puis il y a les jours et les soirs sans forces, sans rien.

    Pas grave.
    Enfin, c'est pas facile-facile, de se prendre une bonne salve impossible à esquiver ...
    Ce soir, même mes petites laines me calmaient pas ...
    (http://www.aht.li/2981761/lainedouce.jpg)
    Pourtant c'est doux ...
   
    Bah, demain, peut-être, ou dans 2 semaines, bah ...
    comptons les jours ...
Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: le 16 Décembre 2016 à 20:45:42
Ouh, quel vendée Globe, mon vendée Globe...

Que du gros grain, avis de tempête durant tout le mois de novembre avec quelques slaves début décembre. Un bon gros vent, pas une brise plutôt une bonne grosse tempête mêlée de rafales, de vent, de pluie, d'orages, de tonnerre... et le tout de face bien sûr. Le vent était face à moi et non pas derrière, il m'a empêché d'avancer pendant de longues semaines...

Je suis rincée !!! Une belle course que j'ai gagné, pas avec brio car les fêtes de fin d'année arrivent et je sens qu'une nouvelle régate m'attend.

Mais j'ai vaincu la vague de parrain, surfer sur celle de papa et me suis engouffrée dans la bonne grosse tempête de mon anniversaire.

Ah, je l'ai fait ! j'ai traversé cet "Atlantique" de Novembre et de début décembre. Je suis prête à affronter la régate de fin d'année...enfin je crois. Alors à la manière des sportifs de haut niveau, je m'y prépare : méditation, yoga, acceptation, psy... Je prends soin de moi, je me dis tous les jours que je m'aime, je dis tous les jours à mes enfants que je les aime.

Bref, de la douceur pour soi et pour les autres et surtout beaucoup d'amour...

Me serais-je suffisamment préparer ? Très probablement, NON... Mais j'ai le droit, nous aurons le droit les enfants et moi de pleurer, de ressentir une immense souffrance à l'ouverture des cadeaux, pendant le repas, pendant toute cette période de vacances... malgré la présence de nos proches si aimant et si vivant. Ils ne nous en voudront pas et nous, nous ne leur en voudront pas de ne pas être aussi tristes que nous le sauront.

Ma fille, ce soir, m'a dit qu'elle se sentait triste à l'approche des fêtes car son papa ne sera pas avec nous "comme avant". Elle a ensuite ajouté : " Mais il sera dans notre cœur pour Noël et pour le restant de notre vie".

Du haut de ses 6 ans, ma fille a raison et je l'écoute... et j'apprends.

Très chaleureusement,

Mô.
Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: souci le 17 Décembre 2016 à 09:54:20

    Chou petite nénette de six ans qui apprend "des choses" qu'on lui aurait bien épargné d'apprendre si jeune ...
   
    Alors tu es aux prises avec la force d'un Océan, Mô ...
   Je suis une piètre navigatrice et comme un con d'albatros je bats des ailes maladroitement, quand je vois bien que mon embarcation va se casser la gueule et que je vais y mourir ...
    Oui, comme un stupide albatros je bats des ailes ridiculement, jusqu'à ce qu'enfin, j'arrive à m'extirper du désastre des éléments déchaînés, ouf, je m'élève un peu, je force sur mes ailes, c'est dur mais j'y arrive, je m'éloigne de ces engrenages mortels pour un peu de paix fuyante, salvatrice !
    C'est comme ça ... parfois ... discalifiée pour le Vendée Globe, ben oui, on prend pas les rigolos ... qui arrivent tout penauds sans leur bateau ...
    Solidairement, Martine.
    ^^^^^^^^^^^^^^^^

    Charles BAUDELAIRE   (1821-1867)


L'albatros

Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d'eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !
L'un agace son bec avec un brûle-gueule,
L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

                                                   Charles Baudelaire             
Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: le 18 Décembre 2016 à 19:13:05
Souci,

Merci pour ta réponse. Je ne sais pas si le but était de me faire sourire, me réconforter ou m'apaiser. En tous cas, ton "con d'albatros" m'a fait rire, m'a apaisé et réconforté.

A ma prochaine tempête, je le chercherais et c'est ensemble que nous regagnerons le rivage...

Chaleureusement,

Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: neelapink13 le 04 Janvier 2017 à 09:49:37
bonjour
 sa fait qlq mois que je ne suis pas venu sur le forum...
je lit tes mots et ils resonnent en moi....
comme toi je remerci chaque bon moment de cette nouvelle vie sans le papa de mes 4 enfants...
aujourdhui je suis attaqué par cette enorme vague de tristesse qui me fait tourbillonner dans la tempete...presque 10 mois...cest dur chaque jour...mais aujourdhui mon coeur me fait mal...
j'essaye de trouver de l'apaisement comme je le peu au sein de ces mots...
bon courage a toi et a vous tous
Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: le 16 Janvier 2017 à 21:39:33
Bonsoir à tous,

Neelapink13, merci de m'avoir lu. Je ne sais pas te réconforter directement et ne sais pas quels mots précisément t'adresser. N'étant moi-même, pas très solide, je doute du réconfort que je pourrais t'apporter... mais je suis pleine de gratitude des mots que tu m'as adressé.

Donc, à défaut de te répondre Neelapink13, je vais écrire pour toi, pour vous mais avant tout pour moi.

Où en suis-je ? où en sommes-nous, les enfants et moi ? Après plus de 6 mois...

Nous avançons, à pas de loup, certes, vers un avenir sombre mais de moins en moins. Je fais ce qu'il faut : mon fils, qui a presque 5 ans maintenant, voit un psy toutes les semaines, ma fille, qui avait arrêté de voir son psy, souhaite de nouveau le consulter et moi depuis 6 mois, je vois mon psy toutes les semaines également.

Depuis  une semaine, ma fille n'arrive plus à s'endormir et me répète qu'elle ne veut pas mourir et m'interroge sur le sens de la vie ??? Ma fille a 6 ans, est-ce un âge pour se poser ce genre de questions ? Selon mon éducation, mon vécu, bien-sûr que non ? Mais ma vie est différente de celle que mes parents m'ont enseignée, la vie de mes enfants est différente de celle que j'ai pu vivre jusqu'alors, donc je ne m'offusque pas, j'accueille et accepte sa question. Ne me la suis-je pas moi-même posée ?

Nous n'avons pas une vie banale, bien au contraire, nous vivons une épreuve qui est dure, très dure, inqualifiable en terme de manque, inimaginable en terme de douleur.

Mon mari s'est suicidé, il y a plus de 6 mois. Il nous a laissé seul avec tout cet amour que nous avions pour lui. Mes enfants sont en manque d'amour de leur papa, je suis en manque d'amour de mon am. Mais c'est comme ça. Nous pourrions souffrir, souffrir, souffrir à en mourir mais NON. Nous allons vivre, nous allons réapprendre à vivre sans lui à nos côtés.

Nous allons juste vivre différemment avec lui.

Je vous souhaite à tous de trouver la clef qui vous permettra de "ré-ouvrir" votre cœur. Je pense avoir trouvé la mienne mais la serrure est bien rouillée et j'ai des difficultés à tourner la clef même si je suis convaincue qu'il faut de nouveau l'ouvrir...

Chaleureusement,

Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: souci le 16 Janvier 2017 à 21:56:21

   "Nous allons juste vivre différemment avec lui" ...

     Oui mais qu'est-ce que les serrures grincent, coincent et bloquent ...
     En princhipe, oui, chadoimarcher ...

     Sourire amical, M.
Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: le 16 Janvier 2017 à 22:00:58
Ah ba, ché bloqué !

Bon bah, j'vais ré-essayer d'main alors...

Avec amusement,

Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: neelapink13 le 19 Janvier 2017 à 10:55:13
bjr

mo, ma fille a aussi 6 ans et elle me questionne aussi bcp...
il ya qlq jours elle me dit tu sais maman j'ai qlq voeux a faire...
je voudrait ne plus aller a l'ecole et etre en vacances toute l'année et
je voudrait que papa puisse revenir...
est possible de refaire un retour en arriere?
je veux retourné dans ton ventre et revivre avec papa ,refaire la vie avec papa...

ces mots "maux" d'enfants me font si mal....sa m'arrache le coeur  de voir son triste malheure...
je ne peu rien pour elle,juste lui dire que rien de tout cela n'est possible et lui faire un calin et lui dire que je l'aime enormement...

la peine de ma fille me dechire le coeur...
mes garçons s'expriment moins sur le sujet ,mais je le voit dans leur regard...
Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: le 09 Mars 2017 à 19:48:57
Les eaux de mars...

"Un pas, une pierre, un chemin qui chemine
Un reste de racine, c'est un peu solitaire
C'est un éclat de verre, c'est la vie, le soleil
C'est la mort, le sommeil, c'est un piège entrouvert

Un arbre millénaire, un nœud dans le bois
C'est un chien qui aboie, c'est un oiseau dans l'air
C'est un tronc qui pourrit, c'est la neige qui fond
Le mystère profond, la promesse de vie

C'est le souffle du vent au sommet des collines
C'est une vieille ruine, le vide, le néant
C'est la pie qui jacasse, c'est l'averse qui verse
Des torrents d'allégresse, ce sont les eaux de Mars"

Un chemin qui chemine...Moustaki le chantait si bien.

La première fois où j'ai visité ce forum, je me suis sentie rassurée de lire autant d'histoires, de souffrance, de douleur qui étaient les miennes... Je me sentais comprise, entourée, lue sans jugement et surtout sans peur.

C'est vrai, notre douleur, notre souffrance à nous les endeuillés font peur à notre entourage. Ils se sentent démunis. Alors, on renferme notre peine, on n'écoute plus notre douleur , on se noie dans le travail pour que notre souffrance nous laisse  un peu de répit... Bref, tout est bon pour ne pas penser à ce malheur qui nous frappe, qui frappe nos enfants.

La méditation m'a appris tout le contraire... accepter l'inenvisageable,  écouter ma peine, pleurer ma douleur, accueillir ma souffrance... compatir à ce grand malheur qui s'abat sur moi et mes enfants.

Mon mari s'est suicidé il y a 8 mois maintenant. Depuis 7 mois et demi, je médite quasiment tous les jours. Cela m'est venu d'un coup alors même que je ne connaissais pas le principe de la méditation.

Aujourd'hui, ma vie a changé par la force des choses. Je ne cherche pas à comprendre la raison de son geste car elle lui appartient. Par contre, il y a une chose qui est de mon devoir : trouver le sens que ce geste doit apporter à mon chemin de vie.

8 mois, c'est long et court à la fois, ma quête de sens ne fait que commencer. Me voici donc sur mon chemin.

Finalement la destination n'a que peu d'importance, le principal n'est-il pas le chemin que l'on va parcourir...

Très chaleureusement,

Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: dom1 le 27 Avril 2017 à 11:18:40
Bonjour,

Pour te dire que tes sentiments, sensations, interrogations  actuelles ne sont que la résultante de cette expérience très particulière que tu subis.
Tout ce que tu ressens est normal.
Tous, ici, vivons la même expérience psychologique et mentale, chacun à notre manière, chacun à notre vitesse.
Te donner un conseil ?
Pas évident d'être juste et efficace.
Je te conseille ( modestement ) de lire certains textes ici.
De te méfier des '' charlatans '' qui ont la solution '' clef en main ''.
Des donneurs de leçons.
D'avoir pour ambition de sortir de cet état handicapant et de ne pas t'y complaire.
De poursuivre ton chemin tranquillement en transformant, petit à petit, cette expérience tout d'abord traumatisante ( elle l'est pour chacun de ceux qui la subisse),  en une force et non pas en un boulet.

Bref, d'aimer la vie.
Et tu verras, on peut faire et vivre avec...
Plus fort, plus beau à l'intérieur.
Plus humain.
Plus soi-même.

Au fond, tirer de cette expérience que personne ne souhaite vivre et ne devrait vivre, une expérience positive et humaine enrichissante  qui fera de toi, au final, une personne extraordinaire et à jamais différente de ce que tu étais avant.
Parce que tu l'as compris ou le comprendras, qu'il y a un avant et un après, et que se faire à cette évidence n'est pas ce qu'il y a de plus simple.

Tu seras alors fière d'avoir vécu '' ça '', ce chemin et d'être devenue ce que tu seras  devenue.
Pour cela, il te faut du courage, de la patience, de la persévérance.
Tu passeras par des moments plus difficiles.
Dis-toi qu'il font partie de ton nouveau parcours de vie et que nous l'empruntons tous ici, sans exception.
Et qu'au bout de cette route, il y a le soleil qui t'illuminera et te fera plus belle, plus forte dans ta capacité à aimer la vie et à la partager avec d'autres.

domi
Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: gbt le 13 Juin 2017 à 19:12:39
Bonjour Mô ..

je suis venue sur ce forum et j'ai posté un message.. Il a eu 3 réponses, sans doute parce que j'étais incapable de partager ma douleur à ce moment là..je la tenais très fort, des deux mains, le plus loin possible de moi, pour qu'elle ne m'étrangle pas.

Mon petit frère, s'est suicidé il y a pas tout a fait un mois, il avait 36 ans.
Je suis venue souvent sur ce forum, voir si qq'un entendait mes maux derrière mes mots.. Et puis j'ai commencé à lire et ce soir, je suis tombée sur votre message. Le premier qui m'a fait pleurer. Cette idée que oui, il est mort, mais moi je suis là, vivante, si vivante, et je ne sais pas quoi faire de ça.. Parce que nous n'avions déjà plus de maman, morte accidentellement 2 mois après sa naissance et celle de sa soeur jumelle (j'avais 2 ans et demi), parce qu'il s'est suicidé 10 jours avant l'anniversaire de la mort de notre maman, (mais est ce un choix réfléchi ?)  parce que nous étions fâchés, et que j'ai l'impression de ne pas avoir le droit de le pleurer..

Nous étions fâchés, parce que je n'ai pas su l'accompagner lorsque, toute jeune adulte et paumée moi même, j'ai choisi de vivre pour moi, enfin, parce que je savais que je ne pourrais pas remplir ce vide affectif qui le bouffait tant.. je me suis mariée avec un homme formidable, j'ai 3 enfants que j'aime plus que tout au monde et qui me montrent chaque jour combien la vie est belle et vaut la peine d'être vécue. Et mon frère et moi, malgré plusieurs tentatives de ma part, n'avons jamais réussi à dépasser ça.

et aujourd'hui je suis là, je ne pleure pas ou si peu, j'alterne entre culpabilité, impression d'être une survivante et de devoir trouver mon chemin vers ces 40 ans qu'il est si difficile d'atteindre dans ma famille, colère, revanche, qq chose comme "vous ne m'aurez pas, je vais continuer, je vais avancer, je vais être plus forte que vous tous".. et en même temps, je pleure, je panique par moment, j'ai peur..

j'ai dans ma tête plein de "et si", j'ai peur que ma maman là haut m'en veuille de n'avoir pas su le protéger, j'ai peur d'avoir été une mauvaise soeur pour lui qui n'avait pas de mère.

j'ai peur pour les vivants aussi, pour ceux qui restent..Pour mon père, mort vivant mais plus mort que vivant depuis la perte de sa femme et qui n'a jamais su nous épauler, ou si peu, pour ma petite soeur, la jumelle de mon frère, qui a l'impression qu'une partie d'elle est morte avec lui.. pour moi, parce que j'ai peur que ce chagrin, que je tiens si bien à distance, finisse par m'envahir et que je ne saurais pas comment le gérer...

alors j'ai aimé votre mot, ce mot d'amour, d'espoir et de Vie à travers vos larmes parce que c'est EXACTEMENT ce que je vis, sans avoir réussi jusque là à mettre des mots dessus.Vos mots ont débloqués mes larmes et rien que pour ça, merci de les avoir écrits.. Moi aussi, je crois, dans les minutes qui ont suivi l'annonce, j'ai accepté son geste. Et de cela aussi, au fond, je m'en veux. Je crois que je sais depuis toujours que les choses allaient finir comme ça,  et même, une semaine avant j'ai dit à mon mari "mon frère va se tuer" ..je le savais, je l'ai perçu et..je n'ai rien fai,t rien dit..

Alors je viens déposer ça là, parce que ma famille a besoin de moi, forte et sereine, et que par moment je ne le suis pas.

Merci de cet espace...

Titre: Re : Etre ici et maintenant... et Accepter l'inenvisageable
Posté par: le 15 Juillet 2017 à 21:57:53
A tous, A moi, A toi, A nous, ...

Je redoutais depuis quelques semaines cette date anniversaire. Je m'y suis préparée. Nous nous y sommes préparés avec les enfants et ce, bien malgré nous. Nos entrailles ont parlé bien avant cette date fatidique et ce, bien malgré nous.... Quelques semaines avant, notre corps nous a rappelé à notre douleur psychologique. Nous l'avons écouté, entendu.  La douleur était intense, certainement plus cruelle encore qu'il y a un an... Nous n'avions plus cet anesthésiant, nous ne trouvions plus ce bouton "Pause" qui nous a permis un an plus tôt de survivre. Il fallait l'affronter.

Le jour J n'a pas été le plus douloureux, nous l'avons passé ensemble, tous les trois soudés, unis, amoureux comme nous pouvons l'être depuis un an.

Le plus dur fût ces jours, ce mois qui ont précédé cette date "anniversaire". Mais on l'a fait, ça y est nous y sommes et ça va. Nous allons bien.

Mon mari s'est suicidé le lendemain de notre anniversaire de mariage. Et étonnement, c'est ce jour anniversaire de mariage, qui m'a fait souffrir. J'ai pris conscience que cette belle journée (8 ans plus tôt) était désormais dans ma mémoire à tout jamais. Et qu'il me fallait ranger ces merveilleux moments dans ma boîte à souvenirs au creux de mon cœur et m'en créer d'autres aujourd'hui et demain avec mes enfants et les gens qui m'entourent.

La veille de la date anniversaire de la mort de mon mari, j'ai pris conscience qu'il fallait que je lui dise au revoir dans cette vie terrestre mais qu'il m'accompagnera toujours grâce à la mémoire de nos souvenirs que je garde précieusement dans mon cœur.

Ici et maintenant, les enfants et moi vivons.
Ici et maintenant, nous gardons ton souvenir dans notre cœur... pour l'éternité.

Chaleureusement, Mô.