Auteur Sujet: Ce deuil qu'on redoute temps !  (Lu 4483 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

missmyr1ame@hotmail.com

  • Invité
Ce deuil qu'on redoute temps !
« le: 17 novembre 2010 à 21:51:44 »
Vous savez on ce demande continuellement dans sa vie si nos réactions sont normales ….
A la suite d’un deuil est ce qu’il existe vraiment des réactions normales ? Non je ne crois pas … mais il y a ces réactions qui fait en sorte de nous étouffer et qui fait en sorte qu’on ne voit pas vraiment comment un jour on va sen sortir !!
J’ai perdu ma sœur il y 2 ans, elle était ma meilleure amie ! Une personne formidable que tout le monde aimai mais que personne ne cherchai réellement a comprendre ! De l’extérieur elle était joyeuse, dune bonté incroyable et d’une écoute surprenante ! Mais pour ceux a qui elle laissai vraiment voir son vrai fond….elle était… comment dire … brûler vive de l’intérieur ! Le simple fait de respirer lui demandai tellement d’effort !
Vous savez j’ai passer ma vie a lui donner toute mon énergie ! Je me vidai parce que moi j’étais assez forte et parce que je l’aimai de tout mon cœur ! Un jour je me suis un peu détacher, je passai moins de temps avec elle, je commençai a découvrir la vie  a ma façon ! Quand j’ai pris le temps de me retourner vers elle, aucun lien qui nous unissait n’avait été  abîmé mais par contre son mal de vivre avait pris des proportions énormes !!! J’ai tout fait et tout donner pour réussir  a lui faire voir raison ! Je lui ai tout dit jusqu a la supplier de ne pas me laisser tomber car elle me tuerai avec elle … d’ailleurs ça été notre dernière conversation !2 jours après une amie m’appela pour me dire que son auto avait été retrouver  a coté d’un parc ou se trouve des chutes et qu’on était sans nouvelle d’elle … a ce moment même je me suis écrouler par terre tout en sachant quelle venait de prendre ma vie avec elle !
C’est a partir de la que tout mon bonheur et ma confiance s’envola ! Je ne les ai d’ailleurs jamais retrouver … entrevu quelques fois ces sentiments qui me donnai cette joie de vivre qui m’habitai autrefois mais ils ne sont jamais revenu complètement ! Je n’ai jamais eu les réflexions suivantes : C’est de ma faute ! (non, parce que je sais que j’ai tout fait ce que je pouvais) ou bien lui en vouloir (parce que je sais qu’elle c’est battu de toute ses forces) !
 Mais par contre je suis froide par rapport a la mort et par rapport au relation interpersonnel ! Je me sent comme une bloc de glace ! Parfois ça va …d’autre fois j’ai moi aussi un mal de vivre intense ! J’ai trouver le moyen de survivre a cette peine mais je n’ai pas encore trouver le moyen de me rebâtir de l’intérieur !
Je me sens un peu comme une maison qui s’est fait complément dévalisé et qui ne fait que attendre qu’on la rénove pour revivre un deuxième fois !

val

  • Invité
Re : Ce deuil qu'on redoute temps !
« Réponse #1 le: 19 novembre 2010 à 23:57:33 »
Bonjour a toi,
                    il y a 3 mois ma soeur jumelle s'est suicidé. Comme toi j'ai beaucoup fait pour qu'elle s'en sorte et je suis quand même ronger par la culpabilité. J'avais pris ma vie en main car je ne pouvais pu l'aider. Je me suis marier et j'ai eu une petite fille. Ma fille étais la raison de vivre a ma soeur. Je crois que je lui ai apporter beaucoup de bonheur durant sa vie. J'ai peur de ne plus revoir le bonheur . Je ne voudrais surtout pas que ma fille grandisse avec une mère malheureuse. Contrairement a toi moi je lui en veut beaucoup car elle savait que j'allais être celle qui allais le plus souffert de son suicide. Je suis complètement dévaster par son décès.Je me demande toujours combien de temps mon deuil va prendre et es-ce que je vais m'en sortir.

missmyr1ame@hotmail.com

  • Invité
Re : Ce deuil qu'on redoute temps !
« Réponse #2 le: 21 novembre 2010 à 05:36:45 »
Tu sais ... je comprend parfaitement ce que tu vis .. parce que lorsque ca venai tout juste d'arriver je voyais ca de la meme maniere que toi !! On ne sen sort jamais ... on s'habitue seulement a cette peine qui nous habite et a l'absence  !Tu ne peux pas mettre ta peine de cote tu dois la vivre, sa fait mal et ca fait peur mais pour reussir a passer a travers on a pas le choix !! J'ai mis ma peine de cote pour aider d'autre des proche a ma soeur a passer a travers... je croyais que ca me fesai du bien ! Mais j'avais pas vecu ce que je devais ... et crois moi quand ca la embarquer je suis tomber dans une grave depression que je vien tout juste de reussir a me sortir !!
J'aimerai te dire les mots magique pour que tu tenleve ce poids de sur tes epaules ... ce poid qui n'est pas le tien ! La culpabilite ca ronge de l'interieur !

Manue

  • Invité
Re : Ce deuil qu'on redoute temps !
« Réponse #3 le: 22 décembre 2010 à 21:21:40 »
Bonsoir à tous,

Celà fait longtemps que je ne me suis pas exprimée sur ce forum, même si je reviens régulièrement lire...
Je reste convaincue que la perte d'un être aimé, par suicide est une des pires "tortures" que l'on puisse vivre (pas la seule bien sûr!! loin de moi de vouloir hiérarchiser les douleurs de chacun... et de quel droit le ferais-je!!?) je dis celà dans le sens où au manque de la personne aimée, se rajoute ce double sentiment fait de colère: "elle ne m'aimait pas assez pour me faire vivre ça!!!" et de culpabilité " je ne lui ai pas assez montrée que je l'aimais pour qu'elle ne fasse pas ça!!!" ...

Celà fait un peu plus de 21 mois que ma mère a mit fin à ses jours, je pense être passée par tous les stades, magnifiquement expliqués sur ce site... parfois je pense avoir enfin atteind ce "fameux stade" d'un autre lien avec elle. Je dirai même que c'est la seule chose dont je suis sûre : je ne suis plus dans le dénie de son départ, je parviens à rire, à être heureuse ! Je parle d'elle en riant et avec une émotion ... jolie! quand j'évoque ce qu'elle était... j'assume mes ressemblances avec elle (ce qui pour certaines filles ne se fait jamais avec leur mère, mais ça c'est une autre histoire ;)...) ... je reçois d'elle tout ce qu'elle m'a apportée et qu'elle m'apporte encore (combien de fois je me dis: là, elle m'aurait dit: " fait ça! soit ça! je te conseille ça! je te vois comme ça!"...et je l'entends comme si elle était tjs là!) bref elle continue de m'accompagner comme elle l'a tjs fait, avec ce qu'elle était (forte et fragile à la fois)... mais voilà, même si je pense que ce travail de deuil est fait: à savoir, vivre avec l'absence, tout en la sentant présente en moi, pour toujours et à jamais. Il n'empêche que je ne sais tjs pas faire face aux circonstances de son départ. toujours pas!! et c'est là que notre deuil est différent de celui d'autres.

J'en reviens, donc, au lien qui nous lie sur ce fil de discussion: les fêtes de fin d'année ravivent tout ça évidemment : Noêl! c'était "ma mère et moi" chacune avait son rôle dans l'organisation de ce moment, nos "angoisses" pour que tout soit bien!! Coup de fil dans tous les sens pour savoir qui faisait quoi!? comment!? les cadeaux des uns et des autres? quelle nappe? quel menu?... et là de nouveau ce sentiment d'abandon, tout me semble fade, factice, pire celà "me fatigue": moi qui ai toujours adoré cette fête que l'on finissait en général toutes les deux, le soir tard,tous endormis,  fières: parce que chaleur, bonheur des uns et des autres avaient été au rendez vous...

C'est pourtant mon second noêl sans ma mère; L'an passé, j'y ai fait face avec tout l'Amour que je porte aux miens (mon frère notamment,  car pour lui c'était aussi le premier noêl de son fils ... pas forcément la "grande soeur parfaite", mais en tous cas, tout pour que ce premier noêl de mon petit neveu soit ce qu'il se devait d'être: Pas de grand mère paternelle pour lui, mais une tante... pour mes enfants aussi! car il fallait bien "inventer" autre chose qui fasse sens... à ce moment là je savais aussi qu'elle n'aurait pas aimé que l'on soit malheureux... donc il fallait faire... Je pense que mon frère et moi avons fait tout notre possible, tant, l'un pour l'autre que pour nos enfants...)

Et bien, finalement c'est cette année que je me suis "écroulée" et ce en faisant le sapin de noêl........... vide sidéral: "maman tu m'as lâchée et je ne peux préparer et vivre cette fête qu'avec toi....... comme avant !!!... pour qu'elle est un sens!!"

retour de la colère! de la fatigue! du, à quoi bon!!.... Celà finira aussi par passer, aussi! j'espère! mais pour l'instant...
A nouveau ce sentiment, que non seulement elle m'a laissée seule ............  pour organiser ces moments, mais que les vivre sans elle ne font pas encore sens, pour moi.... je me suis bcp mise de "côté" l'an passé. Et si les uns ou les autres l'ont peut être vu, je n'ai pas exprimé la violence de ce qui se passait en moi, à ce moment là, en tous cas pas avec des mots...

Cette année...(même si nous ne pouvons tous nous réunir...)
Tout est fait ou presque: calendrier de l'avent (dont elle s'occupait) pour mes enfants; Très beau sapin (peut être même un des plus beaux que l'on n'ait jamais fait; Ca c'était un de mes rôles!!) ; Les cadeaux presque tous emballés... mais un vide sidéral, sidéral, et cette douleur au ventre ...
Dans la famille de ma mère il y a la tradition provencale des "treize desserts"; Maman m'avait offert il y a quelques années, une jolie "boite bougies" qui les représente... j'ai mis la boite au pied de notre arbre, elle embaume la maison de ses parfums mélés... mais je ne me sents ni le courage ni l'envie de matérialiser réellement les treize desserts (c'était elle qui s'en occupait) et je suis face à ces belles bougies... cette tradition familliales je veux la transmettre à mes enfants, ils en connaissent l'histoire. Mais là, je suis bloquée: c'était son "rôle" elle racontait tjs les histoires qui allaient avec...(les santons de provences et leur histoire par exemple!)  mais là je ne veux plus faire ce qu'elle aurait du faire si elle n'avait pas décider de partir comme ça!!! (fatigue? colère? tristesse? je ne sais pas...)
Alors je pleure à nouveau! quand la maison s'est endormie, je pleure devant ces si belles bougies, ennivrée par leur parfum et mes sentiments trop contradictoires... Des pleurs douloureux, certes! mais qui aident à mieux dormir aussi...

voilà... j'ai vidé "mon trop plein" je ne sais pas encore si celà suffira à me faire dépasser ce que je ressents ou ne ressents plus! d'ailleurs!!
Je ne pourrais terminer sans vous remercier de me lire, et de dire à chacun et chacune que les circonstances de la perte de cette personne (différente pour chacun d'entres nous, certes! si ce n'est leur manière de nous quitter) sont accompagnées de sentiments tellement contradictoires que forcément, il y a des moments où l'on pense, ne jamais en voir le bout, que depression, folie, nous guettent...

parlez, criez, pleurez, racontez que sais je!!?? ... j'ai beaucoup appris de ces quelques mots du site "user ses émotions" ... Et oui! je crois que celà soulage un peu, un temps, et peut être à un moment pour toujours...

Je vous souhaite aux un et aux autres de vivre ces moments de "fêtes programmées",  où "le bonheur de vivre" se doit "forcément d'être au rendez vous", de la meilleure manière que vous pourrez, avant tout... ni plus ni moins!! et si vous devez pleurez les personnes parties, ce n'est pas si grave!! c'est juste parce qu'elles sont encore là...