Auteur Sujet: Avec toi, dans la pensée, dans tes pas, tu devrais être là...  (Lu 71864 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne BLUEVELVET

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 288
Re : Avec toi, dans la pensée, dans tes pas, tu devrais être là...
« Réponse #240 le: 22 Mai 2013 à 20:16:10 »
Mammj,

Cette souffrance, je la comprends et j'aimerais l'emprisonner dans mes bulles de douceur.

Toute mon empathie vous accompagne vraiment.

Douce soirée

BLUEVELVET
On ferme les yeux des morts avec douceur ; c'est aussi avec douceur qu'il faut ouvrir les yeux des vivants - Jean Cocteau

Hors ligne kika

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 211
Re : Avec toi, dans la pensée, dans tes pas, tu devrais être là...
« Réponse #241 le: 22 Mai 2013 à 21:29:37 »
Oh Mammj,

Cesses de pleurer. Tu ne pouvais rien faire. Il est des êtres si sensibles qu'un rien ne les blesse. Qui entre dans la vie à reculons...ou qui se rendent comptent très vite qu'ils ne sont pas de ce monde. Des personnes qui voudraient comprendre le sens de la vie, qui voudraient être avec les autres mais qui sont seuls, si seuls perdus dans leur monde intérieur. Un monde terrifiant de douleur, de non sens
Rien, ni personne ne peut les sortir de cette douleur existencielle...et ils luttent, luttent au delà de leur force. Et ils cachent leur mal être, ils savent si bien donner le change
Et un jour pour un rien, tout bascule. Ils oublient un instant le mal qu'ils pourraient faire. Ils avaient déjà penser au suicide sans trop y croire..mais ils y avaient pense...tout planifié ...et rejeté cette idée. Et un fois, une seule fois, ils n'ont plus eu la force de tenir alors dans un état de douleur paroxistique, ils ont appliqué ce qu'ils avaient pensé, réfléchi et rejeté
Ils veulent se défaire de cette douleur incommensurable qui les ronge depuis des années, ils veulent échapper a cette souffrance qui les bouffe intérieurement depuis des années, chaque jour, chaque minute de chaque jour.
Ils n'ont pas voulu faire mal mais cette douleur qui les habite depuis si longtemps, et contre laquelle ils luttent de manière héroïque, devient insupportable

Tu n'aurais rien pu faire face à ça, même avec ton amour immense de maman
En dépit de l'amour, en dépit de tout, la souffrance intérieure, psychique est telle qu'on veut la fuir....s'échapper
Ce n'était pas contre les autres, c'était insurmontable c'est tout
Il n'y avait aucune haine dans son acte, au plus peut être de l'amour pour essayer de vous préserver, de ne pas être un poids dans l'existence des autres. Un désir de leur donner des chances d'être heureux....c'est raté

Il ne reste aux vivants que le long et dur chemin de l'acceptation. Que de se dire quand bien même il était mon enfant et que je l'aimais plus que tout, je n'étais pas lui, et en lui il y avait cette douleur que rien n'aurait pu soulager.
Tous les êtres que l'on aime plus que nous même, conserve une part intime, inaccessible aux autres....Ils ne nous appartiennent pas, ils sont la chair de notre chair, ils sont mon essentiel, ma vie,  mais ils sont autres

Alors il faut leur pardonner, il faut se pardonner de n'avoir pu les aider quand bien même parfois on a su, on a préssenti, on a essayer de se mettre en travers de ce chemin de toutes nos forces, on n'a pas pu. C'était leur liberté de ne plus souffrir encore et encore d'une manière atroce, cette souffrance invisible aux yeux des autres et pourtant bien réelle

D'aucuns diront qu'ils avaient tout pour être heureux...et bien non, c'était une douleur intérieure qui n'avait rien a voir avec les circonstances, avec ce que les autres considèrent être le bonheur. Ils étaient juste différents

Alors il ne reste aux survivants que l'amour. L'amour pétrit dans la souffrance et l'espoir un jour de se retrouver. L'amour que l'on peut leur envoyer pour les aider a se dégager de cette gangue de souffrance

Ce soir ce que je vous dis n'est pas anodin. J'ai été des deux cotés, je comprends les deux cotés
Je ne peux que vous dire cesser de vous faire mal, il y a en chacun de nous une part de mystère...mais par contre ce dont je suis sure, c'est que l'amour donné et reçu n'est jamais en vain. il est votre chemin, il est leur chemin parce que en dépit et contre tout c'est là

Malika

Hors ligne mam'deCath

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 815
Re : Avec toi, dans la pensée, dans tes pas, tu devrais être là...
« Réponse #242 le: 26 Mai 2013 à 10:23:38 »
Bonjour à toutes et à tous,

Béa, BLUEVELVET, Kika, merci de votre empathie.  les mots sont un apaisement certes, de même que  les  larmes aussi... Tout en nous protégeant elles nous permettent,  à bon nombre d'entre nous,  de nous  recréer,  lorsque  la plaie se fait moins béante moins paralysante avec le temps qui passe ! Chacun avançant de façon unique...

Ce qui ravive sans cesse ma douleur c'est le comportement des enfants,  de ma petite-fille en particulier (l'ainé est dans l'évitement et je respecte son choix) . Elle ne cesse de poser des questions dérangeantes à son père dont les réponses (à son avantage à lui parce qu'il culpabilise)  lui font mal ! Aussi dès qu'elle est seule avec moi,  elle me les répète pour me sonder tout en m'avertissant  : "mais papa ne ment pas"...

Voilà ce à quoi je suis confrontée en général chaque semaine, sachant que c'est d'abord aux enfants que je dois penser, avant moi ; quoi qu'il en soit pour y parvenir il s'agit de tenir le choc, de gérer ma colère puis mon chagrin face à ce que j'estime injuste et cruel !
Ce sera difficile j'en suis consciente, mais leur maman me soutiendra m'aidera, elle qui voulait éviter tout conflit à ses petits , au point d'en tomber malade !
Que de fois je sens les forces m'abandonner, que de fois je voudrais fuir cette situation trop lourde...

Vais-je enfin trouver les mots, je ne sais pas encore lesquels, qui nous permettront d'aller vers une certaine "paix" ? Une chose est certaine, je ne veux plus entendre critiquer leur mère, je ne veux plus subir ce surcroit de souffrance. Elle les a mis au monde, les a aimés, leur a tout donné, ils ont partagé des moments heureux (dont une partie en diaporama sur l'écran de l'ordinateur de ma petite fille) voilà ce qui me semble primordial, valorisant pour eux.

Un jour, j'aurai une autre explication avec mon ex-gendre, uniquement pour les enfants.... Pour l' instant il y en a que pour ses parents, je n'entends que parler d'eux et de sa  famille...  A croire qu' il a fait les enfants tout seul !!!
Je sais qu'ils seront réunis aujourd'hui mais que mes petits auront mal...

Affectueuses pensées.  
Mj



« Modifié: 26 Mai 2013 à 10:49:03 par Mammj »

Hors ligne BLUEVELVET

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 288
Re : Avec toi, dans la pensée, dans tes pas, tu devrais être là...
« Réponse #243 le: 26 Mai 2013 à 10:46:57 »
Bonjour Mammj,

Je vous comprends tout à fait.

Je sais maintenant ce que veut dire "salir la mémoire de quelqu'un".

Je n'accepte pas que l'on dise de vilaines choses sur mon mari, il a été un être qui a vécu sa vie avec ses qualités, ses défauts et cette affreuse maladie, voilà où j'en suis aujourd'hui.

Votre petite-fille aime sa maman, j'en suis certaine, elle cherche des réponses, comme nous en cherchons toutes et tous après la violence de leur acte.

Elle trouvera sa réponse (celle qui lui permettra d'admettre et d'avancer) entre les propos tenus par votre gendre, les vôtres et son vécu avec sa maman. Elle est encore jeune, je crois qu'elle va évoluer dans ses pensées avec la maturité.

Mammj, je vous emmène dans ma bulle de douceur en cette journée spéciale.

Douce journée

BLUEVELVET
On ferme les yeux des morts avec douceur ; c'est aussi avec douceur qu'il faut ouvrir les yeux des vivants - Jean Cocteau

Hors ligne mam'deCath

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 815
Re : Avec toi, dans la pensée, dans tes pas, tu devrais être là...
« Réponse #244 le: 29 Mai 2013 à 11:54:42 »
Bonjour à toutes et tous,

BLUEVELVET et Béa, vos paroles m'ont fait chaud au coeur.... Il faut que je tienne bon, que j'émerge de ce chagrin quand bien même la  souffrance et le  manque de ma fille m'anéantissent  chaque jour un peu plus...

En fin de journée peut-être  saurai-je  si je dois garder ma petite-fille demain soir ou pas !
Si c'est un bonheur de la voir, paradoxalement c 'est toujours une épreuve supplémentaire car je dois entendre des propos désagréables puisque son père et sa famille font bloc autour d'elle et de l'aîné aussi ! La culpabilité fait dire des choses qui en fin de compte nuisent d'abord aux enfants ; cette famille  ne s'en est  pas rendu compte mais comme ils gâtent exagérément les petits, ceux-ci c'est ce qu'ils retiennent en premier lieu !
 
Ils m'excèdent ces gens (qui savent et  font toujours mieux que les autres). Toutefois sachant qu'ils ne changeront jamais  (car ce n'est pas d'aujourd'hui),  c'est à moi de louvoyer,  de faire très attention à ce que je réponds à ma petite qui parle qui parle qui parle, qui raconte tout, ce qui n'est pas pour me rassurer lorsque je la quitte. Je dois -j'en suis sûre- représenter un danger pour le père qui lui demande souvent ce que nous nous sommes dit... Invraisemblable !  Il serait bon  pour elle de revoir la psy avec laquelle elle avait eu un bon contact qui -sans se mouiller-  tiendrait un autre discours que les proches...

Pour ma fille, pour sa petite, que je puisse prendre sur moi encore quelque temps, trouver à leur apporter, à leur offrir,  quelque chose de différent  -un petit plus-  malgré mon immense fatigue.  C'est mon seul objectif aujourd'hui , faire en sorte de ne pas être éjectée par "ce clan" de poids.
Je passe par des moments de colère (contrôlée) qui me redonnent  un peu d'énergie et d'autres où je suis complètement abattue et baisse les bras et là, à nouveau,  c'est le désespoir qui prend le dessus !

Une douce journée et affectueuses pensées.
Mj

« Modifié: 25 Juin 2013 à 09:31:21 par Mammj »

Hors ligne kika

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 211
Re : Avec toi, dans la pensée, dans tes pas, tu devrais être là...
« Réponse #245 le: 29 Mai 2013 à 12:28:25 »
Mammj,


Patience, patience,

La roue tourne...les enfants grandissent, se mettent a réfléchir....s'opposent

Pour l'instant tu ne peux que te taire, tu ne peux rien faire sinon t'exposer a ce que l'on coupe les liens entre toi et tes petits enfants.
Tu n'es pas en position de force, tu dois subir et te taire.... trouve une bonne amie a qui te confiée, qui te comprends, nous sur ce forum...
Je sais le poids de tout ce que nous ne pouvons dire, ce cancer intérieur qui nous ronge en plus du deuil. Il nous faut essayer de rester stoîque en espérant qu'un jour nous serons un peu soulagées de toutes ces douleurs qui s'empilent dans nos coeurs
Nous avalons des couleuvres, des boas...ça nous reste au travers de la gorge et nous devons faire bonne figure, c'est comme ça.
Un jour peut être nous rendra t on justice...sinon c'était notre chemin de vie

Avec toute mon amitié

Kika
« Modifié: 30 Mai 2013 à 10:17:41 par kika »

Hors ligne BLUEVELVET

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 288
Re : Avec toi, dans la pensée, dans tes pas, tu devrais être là...
« Réponse #246 le: 21 Juin 2013 à 09:19:06 »
Bonjour Mammj,

J'aimerais trouver les mots pour vous apporter réconfort, votre douleur est extrême et vous êtes bien seule.

Vous dites "Il faudrait "avancer" mais où ? pour qui pour quoi ?" c'est bien la question après le drame vécu.

Vous le savez, nos deuils sont très différents car je n'ai pas perdu un enfant et je respecte infiniment votre chemin. J'ai décidé d'avancer pour moi avec lui dans mon cœur, cette relation établie est douce. Mon cadet a une relation similaire avec papa aujourd'hui.

Votre fille est dans votre cœur vous le savez, nous portons nos enfants dans notre cœur dès leur naissance. N'est-il pas possible, au-delà de l'absence, d'amener un peu de douceur dans cette relation afin d'apaiser un peu votre souffrance.

Vos petits enfants feront leur vie avec leur maman dans leur cœur : passage d'examens, sorties avec vous, premier flirt, confidences, complicité (je pense surtout à votre petite-fille),  mariage peut-être et vous serez là pour voir ces bonheurs et, selon que l'on y croît ou pas, votre fille les verra à travers vos yeux.

Je vous adresse toute ma douceur et mon empathie

Douce journée

BLUEVELVET

On ferme les yeux des morts avec douceur ; c'est aussi avec douceur qu'il faut ouvrir les yeux des vivants - Jean Cocteau

Hors ligne angelik

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 456
Re : Avec toi, dans la pensée, dans tes pas, tu devrais être là...
« Réponse #247 le: 21 Juin 2013 à 12:07:01 »
Bonjour Mammj
Faire le deuil de son enfant, quel que soit son âge quand il est parti, quelle que soit la cause de son départ, me paraît surréaliste même après 26 mois. Il y a des choses qui sont inacceptables et on ne peut se résoudre à accepter ça... Mais apprendre à vivre avec et reconstruire une autre vie en gardant précieusement au fond de son cœur "ce lien qui ne meurt jamais", j'espère que c'est possible.
C'est vrai, je ne pleure plus autant quand je vais chercher quelque chose dans sa chambre, mais  je ne peux toujours pas ravaler mes larmes quand je repense à l'époque de sa souffrance et que j'assistais, impuissante, à sa rupture avec les autres, même avec ceux qu'il aimait tant.
On apprend à mettre son masque pour ceux que l'on aime et pour les autres, à faire semblant, à rire avec le cœur lourd. C'est difficile et épuisant mais on n'a pas le choix. On le fait pour ceux qui restent.
Aujourd'hui, je perçois de toutes petites éclaircies qui me laissent espérer le soleil un jour. Mais je sais que Geoffrey me manquera pour le reste de ma vie et que la douleur viendra régulièrement et violemment me plier en deux. ça je dois l'accepter et apprendre à me rouler en boule en attendant que ça passe.
Mammj, bientôt deux ans que votre Cath est partie, et tout remonte... c'est normal.
Moi aussi, j'ai l'impression d'avoir tout dit et raconté, et ne plus trouver les mots pour partager sur ce forum mais je crois que c'est normal aussi.
Oublier, redevenir comme avant, jamais, mais vivre avec celle qu'on est devenue et être plus sereine je l'espère.
Inutile de vous parler de courage, vous en avez à revendre et vous continuez à avoir peur pour vos petits enfants (je crois que c'est ainsi que l'on sait que l'on est capable d'aimer encore autant!)
Chaleureusement
Corinne
chaque fois que tu sentiras le vent sur ton visage, c'est moi qui vient t'embrasser...

Hors ligne chipoune

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 80
Re : Avec toi, dans la pensée, dans tes pas, tu devrais être là...
« Réponse #248 le: 21 Juin 2013 à 15:57:43 »
Aujourd’hui pour ton anniversaire, j’espère que là-haut,
tu as organisé une belle fête avec Philippe,
que tu as invité tous vos amis les Anges.
Tu leur as sûrement préparé un de tes fabuleux gâteaux :
Mousse choco, poires-caramel ou tes merveilleux choux à la crème.
Mais tu es parti sans moi,
Sans préavis, sans compromis.
Tu m’as abandonnée,
et tu me manques tellement.
Le vide que tu laisses…
La tristesse au quotidien
Toutes ces larmes versées…
Et pourtant, j’espère tous les jours,
Toutes les heures,
Toutes les minutes,
Que la porte va s’ouvrir enfin
Et que tu vas me prendre dans tes bras
Bon ANNIVERSAIRE mon ANGE

Chipoune
Si toi aussi,
tu aimerais avoir un passage secret
pour pouvoir aller serrer très fort
cette personne qui te manque
Qui depuis son départ
a creusé un vide dans ta vie
Et rendu ton coeur si lourd
       A nos Anges Gardiens

Hors ligne BLUEVELVET

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 288
Re : Avec toi, dans la pensée, dans tes pas, tu devrais être là...
« Réponse #249 le: 24 Juin 2013 à 21:30:22 »
Bonsoir à toutes et tous,

Mammj, vous connaissez mon vécu et pourtant il m'arrive souvent de me dire que cela n'est qu'un cauchemar, que je vais me réveiller et cela d'autant plus souvent maintenant que juste après son départ. Il existe des moments où je ne sais plus où est la réalité, c'est très furtif. Encore la nuit dernière j'ai rêvé de lui, je me réveille et l'espace d'un instant je ne distingue plus la réalité du cauchemar.....

Vous dites que votre fille avait des signes qui auraient du alerter, moi aussi, maintenant à la lecture des différents vécus sur ce site, je sais qu'il présentait des signes, je savais que les choses n'allaient pas comme elles devaient mais j'étais tellement impuissante.

Je vais regarder l'émission demain soir.

Les rapports sont très différents mais j'ai fait une place particulière pour mon mari dans mon cœur avec l'intime conviction que sa souffrance a enfin cessé et cela m'apaise dans mon chemin.

Douce nuit à vous toutes et tous

BLUEVELVET
On ferme les yeux des morts avec douceur ; c'est aussi avec douceur qu'il faut ouvrir les yeux des vivants - Jean Cocteau

Hors ligne BLUEVELVET

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 288
Re : Avec toi, dans la pensée, dans tes pas, tu devrais être là...
« Réponse #250 le: 10 Juillet 2013 à 06:46:30 »
Bonjour à toutes et tous,

Mammj, juste ce petit mot ce matin pour vous dire que mes douces pensées vous accompagnent au long de cette journée.

Douce journée

BLUEVELVET
On ferme les yeux des morts avec douceur ; c'est aussi avec douceur qu'il faut ouvrir les yeux des vivants - Jean Cocteau

Hors ligne BLUEVELVET

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 288
Re : Avec toi, dans la pensée, dans tes pas, tu devrais être là...
« Réponse #251 le: 12 Juillet 2013 à 20:21:18 »
Bonsoir à toutes et tous,

Mammj vous utilisez les bons mots, c'est d'abord un combat et maintenant, en ce qui me concerne, c'est bien un défi voire une force.  Je ne vois pour ma part aucun courage dans ce désir d'avancer, uniquement une volonté de vivre et de respecter mes enfants et leur souffrance.

Je ressens toujours autant de douleur à vous lire. Ce deuil est un chemin très long, je ne sais pas si l'on peut le mesurer, chacun et chacune nous évoluons à notre rythme mais où que l'on soit sur ce chemin nous sommes toujours en deuil et l'absence est bien là.

Si cela n'est pas indiscret, quels sont les deux mots que vous avez adressés à vos petits-enfants ?

Douce soirée

BLUEVELVET

On ferme les yeux des morts avec douceur ; c'est aussi avec douceur qu'il faut ouvrir les yeux des vivants - Jean Cocteau

Hors ligne BLUEVELVET

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 288
Re : Avec toi, dans la pensée, dans tes pas, tu devrais être là...
« Réponse #252 le: 30 Juillet 2013 à 10:45:03 »
Bonjour à toutes et tous,

Mammj, les autres ne sont pas "moins résistants" que nous. Ils ne vivent pas ce que nous vivons, ne connaissent pas la profondeur de notre douleur, ni l'intensité de l'absence de l'autre, ni toutes ces questions que nous nous posons et qui restent sans réponse.

La vie les a épargnés du deuil par suicide et c'est tant mieux pour eux.

J'ai eu un petit problème informatique il n'y a pas longtemps, une amie intime avec qui nous parlons beaucoup de mon mari m'a dit : tu vas savoir faire cela toi. Je lui ai répondu : oui je vais essayer on verra, je n'ai pas le choix. Elle a réalisé que le deuil c'était au quotidien, presque dans chaque geste ou chaque habitude d'avant qu'il faut changer pour s'en sortir et c'est un travail de longue haleine.

Il nous faut trouver cette force et cette résistance (car c'est un combat de tous les jours au début puis petit à petit cela devient une habitude) pour avancer, je les ai trouvées dans les faces à faces avec moi-même, sans complaisance.

Les enfants aiment papa et maman avec leurs qualités et leurs défauts. Je ne pense pas que vos petits enfants puissent vous en vouloir de ne pas avoir pu ou su soutenir votre fille. Ils vivent l'absence de leur maman à leur rythme avec leurs armes que leur maman leur a donné de son vivant.

Je comprend que votre seul but aujourd'hui soit le bien être vos petits-enfants, le mien est celui du bien être de mes enfants. Votre fille et mon mari nous aident tous les jours à tendre vers ce but soyez en assurée.

Douce journée

BLUEVELVET
On ferme les yeux des morts avec douceur ; c'est aussi avec douceur qu'il faut ouvrir les yeux des vivants - Jean Cocteau

Hors ligne BLUEVELVET

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 288
Re : Avec toi, dans la pensée, dans tes pas, tu devrais être là...
« Réponse #253 le: 25 Septembre 2013 à 07:55:50 »
Bonjour à toutes et tous,

Oh Mammj comme votre douleur est poignante.

Vous n'êtes pas inutile, vous êtes présente pour vos petits-enfants qui sont la continuité de vie de votre fille.

Je vous adresse tout mon courage pour l'expertise. C'est un monde qui n'a pas toujours beaucoup d'humanité.

On a toujours le droit de dire je t'aime à nos enfants. Vous pouvez encore le dire aujourd'hui à votre fille où qu'elle soit. Je le dis souvent à mes fils, même si certains se moquent cela ne me gêne absolument pas, ce sont mes fils et nos sentiments qui prévalent et si vous observez bien ceux qui se moquent ne savent pas dire je t'aime.

Je le dis aussi encore à mon mari et j'ai l'impression que cela lui fait du bien.

Douce pensées en cette journée qui s'éveille.

BLUEVELVET
On ferme les yeux des morts avec douceur ; c'est aussi avec douceur qu'il faut ouvrir les yeux des vivants - Jean Cocteau

Hors ligne Méduse

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 780
Re : Avec toi, dans la pensée, dans tes pas, tu devrais être là...
« Réponse #254 le: 25 Septembre 2013 à 13:28:50 »
Bonjour Mammj, si fragile et en même temps si forte dans vos combats,

Vous avez gagné votre combat pour que vos petits-enfants puissent comprendre leur maman, votre fille, et être en paix avec elle. Il n’avait pas l’air gagné d’avance. Quelle énergie, il vous avait fallu déployer !

Heureusement que vos petits-enfants vous aient pour pouvoir parler de leur maman et de vos souvenirs communs. Vous êtes le lien entre eux et elle.

Je vous souhaite de la force pour affronter l’expertise. Il est triste de vivre dans un monde où les soignants n’ont plus le temps au dialogue qui serait bien plus aidant que des pilules. J’en suis révoltée.

Votre combat contre le suicide est important également et combien de personnes sur ce forum vous avez aidé avec votre sagesse.

Comme vous, après le tsunami que nous avons vécu, je cherche ma nouvelle voie et ma nouvelle utilité. Je ne suis pas encore au bout de cette recherche.

Affectueusement

Méduse