Auteur Sujet: Sentiment de colère et d'injustice qui perdure malgré les années qui passent  (Lu 568 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Dunette

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 3
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Bonjour à vous,

Je m'adresse à vous car cela fait plus de 4 ans que mon compagnon est décédé et malgré une vie qui se reconstruit tranquillement, je suis souvent submergée par un sentiment de colère et d'injustice. Souvent ce sont les incidents de ma vie actuelle qui me mettent dans cet état mais quand j'essaie de comprendre ce qu'il y a sous ces réactions disproportionnées c'est souvent lié à la perte de mon homme et toutes les difficultés rencontrées suite à son départ.

Je me rends compte que j'ai encore besoin de m'épancher sur tout ce qui m'est arrivé et le coup de massue que cela a été mais avec le temps c'est de plus en plus difficile d'en parler avec mes amis proches qui me disent de regarder en avant, pareil avec mon nouveau compagnon que je protège de tout cela.

Volontiers si quelqu'un parmi vous a envie de partager surtout autour de la colère et de l'injustice ou si vous avez des articles ou autre qui pourraient faire en sorte que je me sente moins seule dans ce que je vis

D'avance un grand merci pour votre lecture

Hors ligne pscar13

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1676
  • Seul l'Amour peut garder quelqu'un vivant
    • Créations et Décors chez Katia – Un amour infini pour la vie
Bonjour Dunette,

Je comprends tout à fait tes sentiments de colère et d'injustice.

Je dis parfois que je deviens un vieux con aigri, mais en fait c'est bien de ça qu'il s'agit, de la colère.

- L'injustice pour mon amoureuse, morte à 56 ans après s'être battue avec acharnement pendant 6 ans contre le cancer.
- L'injustice de cette anomalie génétique qui est encore trop ignorée alors qu'on la connait depuis des années, nous faisons des millions de tests tous les jours pour ce putain de Covid alors que les critères pour décider de tester l'anomalie BRCA sont si contraignants qu'encore beaucoup de femmes vont continuer à en mourir https://youtu.be/Ef3NSGSJQUE

- L'injustice pour moi qui avait anticipé ma retraite pour vivre avec elle quelques mois et qui n'ai pu qu'accompagner sa fin de vie.
Je porte en moi cette colère depuis trois ans, impossible de la raisonner, elle part dans tous les sens faute de pouvoir l'exprimer.
Je me suis réveillé un matin en colère contre mon amoureuse, cette colère s'est retournée contre moi avec une telle force, une intense culpabilité que je n'arrivais plus à contrôler, je me suis senti coupable de tout, je me sens coupable de continuer à vivre, c'est la pire injustice que je puisse ressentir.

Pour les proches, après les "Il faut laisser le temps", "Il faut faire ton deuil", ils deviennent absents ou quand ils sont présents ils n'en parlent plus, n'entendent plus, et se tranquillisent en disant "Tu vois toujours ton psy ?".

Oui, la colère ne passe pas et s'exprime par des petits riens insignifiants parfois, et c'est épuisant.

Merci c'avoir abordé ce sujet.


« Modifié: 25 janvier 2022 à 14:45:09 par pscar13 »
Le futur devient présent, et, dans l'instant qui suit, passé.
Mon rêve est devenu réalité, mon amoureuse, mon éternel présent.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 5356
merci de lancer ce sujet
en premier dans en guise de table des matières que j'ai fait dans la section conjoint
on trouve
Citer
résilience
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/c'est-pas-bientot-fini-tout-ce-silence/msg115001/#msg115001 et autour de ce post avant après

puis en déroulant les posts au bout de 4-5 ans etc$
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/en-guise-de-table-des-matieres/
tu pourras y trouver matière à réflexion
certain.e.s comme toi restent avec la colère malgré des reconstructions de couple d'autres vivent autrement les choses.

Moi je peux dire que c'est en m'appuyant sur mes croyances : que la vie continue, autrement, sur d'autres plans sans corps matériel, en vivant des ressentis de communication avec mes défunts (tous) et avec une tonalité particulière avec mon aimé où c'est totalement imprégné du nous qui existait ...
que je peux dépasser les moments de révolte, de sentiment d'injustice qui viennent à des moments, soit spontanément, soit lors de dates particulières ou évènements particuliers.

Je suis à bientôt 8 ans de deuil et oui ça surgit encore ! sans que je convoque la colère
je dis c'est encore une pelure de la non acceptation qui vient, je ne la repousse pas, j'accueille et me laisse vivre les émotions sans me laisser submerger, certes étant de métier (sophrologue) je sais utiliser certains outils efficaces.
Et je laisse passer sans me focaliser dessus, sans donner plus d'importance à ces moments qu'à d'autres bien plus doux et apaisés.

bien chaleureusement
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Josette

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 24
  • Le forum d'entraide durant un deuil

Je suis d'accord avec vous. L'injustice est terrible. Mon homme a pris sa retraite il y a trois ans et depuis n'attendait plus qu'une chose, c'est que je sois également en retraite pour profiter de la vie (voyages, découverte, enfants à aider....)

donc c'est vrai c'est injuste et c'est vrai que parfois, j'ai la colère en moi.
mais contre qui ? contre lui qu'un hasard a tué ? contre moi qui parfois refusais de faire quelque chose parce que j'étais fatiguée de ma semaine de travail ?

la colère : hurler - taper dans quelque chose - faire du jogging jusqu'à être à bout de sa colère. Cette colère doit sortir !
facile à dire mais à faire......

amitiés