FORUM "LES MOTS DU DEUIL"

Comprendre et vivre son deuil => Après la grande souffrance, la reconstruction => Discussion démarrée par: arfaca le 30 Juin 2017 à 20:41:55

Titre: Comment faire
Posté par: arfaca le 30 Juin 2017 à 20:41:55
La reconstruction apres la grande souffrance...je ne pense pas qu il y ait une suite logique.On ne peut pas attendre de ne plus souffrir pour se reconstruire. Malheureusement il faut accepter de souffrir encore et se reconstruire en même temps. ..car la souffrance est tjrs là et ce mal être  n est pas tjrs compatible avec le fait de vouloir s en sortir...trop de souvenirs ,trop d envies d accomplir et finir ce qui etait prévu avec l être aimé,trop peur de faire mal aux autres et se faire mal..encore plus....mais pourtant une envie de vivre!!
Pensée du soir
Titre: Re : Comment faire
Posté par: Marina Saboya le 30 Juin 2017 à 21:05:10
La grande souffrance, c'est cette période où plus rien n'a d'importance en dehors de notre chagrin.  Ces mois, ces années ou plus rien ne semble possible, où il faut avancer, alors que la seule "envie" qui nous taraude : s'assoire par terre, et disparaître de ce monde.
Et puis, je ne saurais dire ce  qui se réveille, mais au travers des larmes, une petite lueur accroche notre regard.  Un parfum nous ouvre l'esprit sur un souvenir,  et puis une envie, un rien qui nous pousse à nous lever.
Et la reconstruction commence et ce n'est plus la grande souffrance aveugle, c'est LA souffrance.

La souffrance, elle varie, elle monte, redescend, elle écrase et puis il y a une rémission, avant un flot de désespoir qui nous lamine à nouveau... On vit.
La souffrance elle est incrustée en nous. Mais la vie aussi.
Une cicatrice qui se fait oublier et soudain nous brûle épouvantablement.
Alors on apprend à  vivre comme cela.
Ça vaut ce que ça vaut, c'est acceptable, parfois même le bonheur de nouveau semble possible.
Titre: Re : Comment faire
Posté par: arfaca le 04 Juillet 2017 à 23:27:44
Je te rejoins s..c est très bien dit. .peu de  choses à rajouter..juste continuer à dompter cette souffrance et ne pas laisser la cicatrice se réveiller. .er croire en la vie qu ils nous ont laissée. .
Bonne nuit à tous
Titre: Re : Comment faire
Posté par: baltique bzh 1988 le 06 Juillet 2017 à 15:51:27
Comment fait-on ? C'est une question que je me pose depuis plus de vingt ans Un cousin avait perdu sa fille de 16 ans quatre ans après le décès de son premier bébé, une fille à la naissance ; je m'étais toujours demandé mais comment font-ils pour continuer ?  Je n'ai toujours pas la réponse aujourd'hui après le départ de Hélène et je ne l'aurai sans doute jamais.
Titre: Re : Comment faire
Posté par: arfaca le 16 Août 2017 à 22:11:46
Moi non plus ..je crois que je ne saurai jamais comment se reconstruire. ..pourtant la volonté  je l ai...mais parfois cela ne suffit plus...j ai beau lesté des choses je n arrive pas à m elever..dans ma nouvelle vie sans lui...comme si ma montgolfière avait un gros trou.....et la chute risque d etre fracassante...garder l espoir!
Titre: Re : Comment faire
Posté par: tony36 le 23 Août 2017 à 13:41:10
J'essaye bien de me reconstruire, je fais des projets, j'avance.

Mais il y a toujours la douleur. Je suis comme devenu handicapé sur le plan émotionnel et c'est très dur à gérer. Je ne supporte plus la pression, le stress, les mauvaises nouvelles... A suivre.
Titre: Re : Comment faire
Posté par: Juju1234 le 28 Août 2017 à 14:54:33
acceptable, le mot est juste, la vie paraît acceptable, pas de grande joie plus que de l'acceptable, et seulement, seulement s'il n'y a pas le moins grain de sable sinon c'est la chute assurée . Équilibre précaire.
En ce moment, on me dit de fêter certaines décennies "tu ne vas pas te laisser aller" "XX aurait voulut que tu ailles de l'avant". Je ne vois pas ce qu'il y a fêter, il n'y a vraiment pas de quoi rire
Titre: Re : Re : Comment faire
Posté par: qiguan le 28 Août 2017 à 22:40:31
acceptable, le mot est juste, la vie paraît acceptable, pas de grande joie plus que de l'acceptable, et seulement, seulement s'il n'y a pas le moins grain de sable sinon c'est la chute assurée . Équilibre précaire.
En ce moment, on me dit de fêter certaines décennies "tu ne vas pas te laisser aller" "XX aurait voulut que tu ailles de l'avant". Je ne vois pas ce qu'il y a fêter, il n'y a vraiment pas de quoi rire

tu ne te laisses pas aller
le curseur n'est plus à fêter quoi que ce soit ... et tu vas de l'avant à chaque seconde
nous ici le savons ...
mais "on" ne sait pas, ils vivent tranquilles ... tant mieux, ils ne savent même pas imaginer une perte ...
tes enfants, vos enfants t'apportent malgré tout ...
un jour ils t'apporteront des joies
je viens de raccrocher d'une conversation avec la cousine dont je parle dans mes posts qui le jour des obsèques de mon aimé, où elle était veuve elle depuis 35 ans et nos filles ont le même âge, m'avait dit tu verras des jours tu croiras être sortie du marasmes mais un autre jour sans savoir pourquoi des années après tu te croiras retournée aux premiers mois ...
là elle venait me partager ses difficultés 38 ans après donc à vivre la naissance de sa petite fille ...
et à supporter avec l'immense joie d'enfin une petite fille ...
oui nos enfants nous apporteront, nous apportent dans notre veuvage, des joies ça arrivera pour toi juju même si c'est long de supporter l'acceptable, juste acceptable
douces pensées à tout le monde
Titre: Re : Comment faire
Posté par: Juju1234 le 29 Août 2017 à 09:37:49
L'acceptable me paraît par instant presque idyllique lorsque je lis la souffrance si vive de certain(e)s, lorsque je me remémore mon état l'année après le décès et les mois de maladie où la terreur, la douleur, l'angoissse, la puanteur règnent et la mort qui rôde sans relâche
Alors finalement peut-être qu'on attend trop de la vie, elle nous a déjà beaucoup apporté, le bonheur ne peut pas etre permanent. L'acceptable est peut-être un bon compromis, qui sera rythmé par des joies qui auront un goût amer certes mais des joies tout de même

je vous souhaite une journée acceptable avec qui sait peut-être une petite joie, même toute petite
Titre: Re : Comment faire
Posté par: Titenam le 10 Septembre 2017 à 14:37:14
Incohérence... vivre est une incohérence... pas de logique possible... mais je veux bien les solutions, si il en existe
Titre: Re : Comment faire
Posté par: arfaca le 27 Novembre 2017 à 04:16:09
Vivre avec l acceptable,vivre des joies avec un goût amer,vivre petitement avec cette cicatrice qui ne fait que s ouvrir de nouveau.....est tu as raison une veritable incohérence. ..je veux bien aussi des solutions. ..car j ai perdu le courage et l envie...il va me falloir  puiser ailleurs..il me reste mes enfants..heureusement..mais cela peut il suffir sans les detruire aussi ?
Titre: Re : Comment faire
Posté par: Vanille le 09 Décembre 2017 à 21:19:14
comment faire ...sans toi a mes cotés... c'est la question que je me pose tous les matins ...comme vous ,je suppose
et puis j'ai trouvé ce petit texte qui traduit assez bien mon état d’âme et dans lequel je me suis retrouvée a cet instant de ma vie ... je cite
"Je fais ce que je peux .
avec mes silences ..et le reste.
avec mes peurs de bête.
avec mes  cris d'enfants qui ne débordent plus ..
je fais ce que je peux .
dans ce petit bain de cruauté et de lumière.
dans les éclats de sucre et de mensonge .
dans la délicatesse.
dans la violence du temps qui piétinent nos rêves .
dans nos petits pataugements précieux .
un matin après l'autre .
un oubli après l'autre .
un mot sur le suivant ..
je fais comme tout le monde ..
THOMAS VINEAU ...
c'est ça un  jour après l'autre , je fais ce que je peux ...et ce soir alors que je pensais avoir passer le+ difficile avec les 1 an de ton départ , c'est le tsunami des émotions qui a nouveau me submerge et ton abence qui me parait a nouveau  tellement insurmontable ...
mais bon ...je fais ce que je peux ... comme vous ,
tendres pensées a tous
Titre: Re : Comment faire
Posté par: Mononoké le 10 Décembre 2017 à 16:28:13
..peut-être ne rien faire ?... laisser faire ?
Titre: Re : Comment faire
Posté par: mejean le 12 Février 2018 à 15:31:15
Bonjour,
Moi cela fait 8 ans que ma petite femme s'est suicidée. 25 ans de mariage, 2 beaux enfants et malgré tout le bonheur est parti soudainement.

Après 6 mois de grosse descente aux enfers, j'ai fait le maudit saut en avant. Je dis maudit parce que ce saut est tellement bon et tellement destructeur quand il est fait comme ça.

Je m'explique. J'étais tellement mal seul que j'ai eu besoin d'amour. Et là quand le plaisir vous revient avec cette intensité, comme lorsque l'on a 18 ans et qu'on est follement amoureux, le cerveau n'analyse plus rien. Vous marchez les yeux fermés vers la pseudo sortie du cauchemar. A nouveau les joies, les rires reviennent à 300 %. On est irresponsable dans ces moments là. On n'arrive pas à canaliser son bonheur par rapport à la peine que l'on avait précedemment.  Après la pluie le beau temps, l'image est reelle.
Sauf que le beau temps dure un moment. Pour moi il y a eu 1 an de vrai bonheur retrouvé avant que le cerveau retrouve sa vocation de réflechir et là la peine, le malheur, les angoisses, la culpabilité reviennent à 200 km/heure.
Mais on est déjà en couple et là, il n'est pas question de faire de la peine à une pauvre femme qui n'y est pour rien et qui peut subir l'état de son compagnon égoïste qui n'avait utilisé sa compagne que pour se redresser, remonter.
Donc on met sa souffrance dans un coin et on fait semblant. On fait semblant et l'on pleure en cachette. Et on s'autodétruit.
Cela fait 6 ans que je m'autodétruit à petit feu.
Aujourd'hui je n'en peux plus et je pense arrêter ma relation avec ma compagne que j'ai pourtant demandé en mariage.
L'échéance est au 25 aout 2018 mais plus la date se rapproche et plus je m'enfonce dans un mal être.
Cela pour dire qu'il n'y a pas de temps pour faire son deuil, dailleurs je pense qu'on ne le fait jamais. Mais il faut beaucoup de courage et d'aide (ce que je n'avais pas) pour rester debout le plus longtemps possible avant de pouvoir penser à se reconstruire un avenir en couple. Un conseil si vous le pouvez, laissez vous du temps, le temps de méditer, de vous accepter face à la solitude, et d'aimer cette solitude pour pouvoir être maître de votre cerveau, de vos actions lorsque vous aurez à prendre la décision d'aimer à nouveau.
Bon courage
Titre: Re : Comment faire
Posté par: qiguan le 12 Février 2018 à 20:57:54
Citer
laissez vous du temps,
le temps de méditer,
de vous accepter face à la solitude,
et d'aimer cette solitude
pour pouvoir être maître de votre cerveau, de vos actions
lorsque vous aurez à prendre la décision d'aimer à nouveau.

merci
merci pour ton témoignage
je te souhaite de trouver l'aide utile à l'apaisement, de devenir plus doux avec toi, d'accepter tes faiblesses et de pouvoir ensuite en faire une nouvelle voie de force ...
chaleureusement
Titre: Re : Comment faire
Posté par: arfaca le 12 Février 2018 à 23:04:20
Bonsoir
Merci pour ce recit Mejean.
La reconstruction est difficile et inévitable car la vie est là et nous pousse. Mais dans notre etat de deuil,le bien être retrouvé avec une nouvelle personne est tellement bonque oui on peut en perdre la tête. .. je l ai vécu aussi..mais cette cicatrice un jour s ouvre à nouveau et les angoisses ressurgissent sans que l on puisse avancer auprès de cette nouvelle rencontre...c est tres difficile de passer à  autre chose même si on en a envie...comme je dis les vieux démons sont là. ..dur de s avouer que plus rien ne sera comme avant... perdre son grand Amour n est pas de tout repos..mais il faut croire encore  à cette vie et à  l amour
Courage à toys sur de nouveaux chemins
Titre: Re : Comment faire
Posté par: Eric38 le 13 Février 2018 à 10:33:31
Lire tout vos commentaires m'intimide.

Je me sens tiraillé. Tiraillé entre l'envie de "vivre", au sens large, et la peur de chuter.
Tiraillé entre l'envie de combler ma solitude, de trouver quelqu'un avec qui partager de bons moments, afin d'avoir des échanges, afin d'avoir de la tendresse, afin de se sentir aimé et apprécié.
Mais peur...peur de ne pas retrouver quelqu'un "à la hauteur", peur de comparer sans cesse avec l'aimée disparue, peur de ne moi même plus être à la hauteur, tant je sens que beaucoup de choses en moi sont cassées : je n'ai plus confiance en moi, et j'ai du mal à m"ouvrir" totalement aux autres.
Peur de trahir. Trahir mon "ancien" Amour. Ancien n'est pas le bon mot, il est toujours en moi cet amour, mais pour une personne qui elle n'est plus. Peur de la reléguer au second plan. Peur de décevoir une nouvelle personne, ou de susciter sa jalousie.
Peur de ne plus savoir faire (ais-je jamais su ??) : comment discuter avec un/une inconnue ? comment séduire (en évitant le syndrome gros lourd) ? Comment ne serait-ce que faire le premier pas ? Comment éviter de me dire que je n'ai pas le droit ?

Au fond, c'est peut être mieux ainsi, que je n'ai rencontré personne (j'ai pas cherché ceci dit) il est probable que je ne sois pas prêt (le serais-je jamais ?) , même si la solitude me pèse tant.
Elle est quotidienne, pesante, étouffante, cette solitude. Soir après soir. Week-end après week-end. Elle m’asphyxie presque. Me donne envie de rencontrer quelqu'un. Mais la peur me paralyse. Sentiment de trahir ma femme disparue. Sentiment de ridicule de ma situation, de ma personne. Crainte d'un échec. Crainte de me précipiter dans une fuite en avant inepte...
Oui, cette peur me paralyse et me ronge tout le week-end, tout les week-end. Je reste "inerte", à hésiter, sans rien faire. Et la fin du week end arrive, presque salutaire, et je "rempile" pour une semaine au boulot, qui m'occupe la journée et ne me laisse "que" les soirées à ressasser. Jusqu'au vendredi soir suivant où je recommence à angoisser de l'arrivée de ces foutus week-ends, et de ce vide immense que la mort à laissée dans ma vie.

En espérant n'avoir choqué personne.
Titre: Re : Comment faire
Posté par: Mononoké le 13 Février 2018 à 15:43:59
Eric,
Tes propos ne sont pas choquants du tout, tu nous partages ton ressenti et je t'en remercie. Tes mots me touchent, je voudrais tant te rassurer, te dire qu'il n'y a rien de mal, te dire que tu ne la trahiras pas, que tu ne l'oublieras jamais, mais je crois que ça ne peut venir que de soi,
J'ai traversé une période où j'avais besoin de tendresse, mais en sachant que c'était trop tôt pour ouvrir mon coeur, alors je suis allée en chercher un peu. Je n'ai pas ressenti de culpabilité (j'en avais peur).

 Je sais, au fond de moi, que l'on ne trahit pas notre aimé, je suis certaine qu'ils veulent ou voudraient le meilleur pour nous.
bien tendrement
Titre: Re : Comment faire
Posté par: Nora le 13 Février 2018 à 19:35:33
 Bonjour Eric,

Je partage tous tes questionnements, tes inquiétudes.  Je ne sens pas prête à vivre une histoire ,  même si j'ai raconté ici un coup de coeur que j'ai ressenti il y a quelques semaines pour quelqu'un.

Coup de coeur platonique, puisque je n'ai pas voulu pousser plus cette relation, par honnêteté pour moi, et pour lui.

Je ne veux pas " utiliser " une personne pour combler ma solitude.

Mais j'ai ressenti ce petit sentiment amoureux sans culpabilité.

J'ai pensé à ce moment à une phrase de Bruno, qui est venu longtemps ici et passe de temps en temps nous apporter son témoignage.

Cette phrase je l'ai faite mienne. Il a dit, en substance , pour évoquer son amour avec son épouse décédée  " J'ai compris que sur cette page là, il n'y avait plus rien à écrire ".

Je pense à toi, à vous

Nora

Titre: Re : Comment faire
Posté par: arfaca le 17 Février 2018 à 22:17:43
Bonsoir Eric
Non je sais qu on ne trahit pas et que nos amours morts ne nous en voudraient pas,pas de culpabilité à avoir,mais comme toi je suis tiraillée entre l envie de vivre et cette peur de souffrir... mais cette envie de donner,partager recevoir est omniprésente. Comme toi les week-ends sont terribles...ma vie est en suspens...et je trouve ça dommage car je sais qu il y a tellement à vivre encore...
Bon dimanche