Auteur Sujet: C'est quoi la reconstruction  (Lu 608 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2709
C'est quoi la reconstruction
« le: 04 Avril 2017 à 18:33:40 »
C'est quoi la reconstruction
est une question qui depuis le début de mon deuil (Avril 2014) m'interpelle
pourtant mes deuils à mes 20 ans (ma meilleure amie), à mes 21 ans (mon père) m'ont fait traverser cette phase ...
là à plus de 59 ans
j'ai compris à travers Dr Fauré et d'autres lectures que c'est une capacité qui ne vient pas d'un coup mais progressivement puis de manière plus perenne et plus large.

Comme le reste du deuil, je me dis que la phase de reconstruction, ses difficultés est liée au type de deuil (deuil de qui) sous quelles circonstances sans doute aussi (moi après des années de combat contre la maladie), du lien avec le défunt : moi un lien dit fusionnel mais que je qualifie de symbiotique, du moment où s'est constitué ce lien (moi à 16 ans ...)

Je ne sais pas si ma première grande sortie pour la première rencontre entre personnes veuves du forum à 5 mois 1/2 de deuil était de la reconstruction ...
mon expérience d'aller à une activité sociale régulière, n'est venue qu'à 21 mois de deuil et encore choisie pour être neutre : lieu, personnes, activité non côtoyée du temps du vivant de mon conjoint
Là à 35 mois de deuil, encouragée encore par une amie de petite enfance qui connait l'association, j'ai franchi l'étape d'aller à des activités (librement choisies) en groupe avec l'association amiez qui a bien meilleure presse que ovs (http://www.ciao.fr/Internet/Divers_loisirs_divertissements/onvasortir_com__Avis_1236357 ) ou solo.
J'ai rencontré des personnes faisant effort de s'intéresser aux nouveaux, j'ai dû juste après l'inscription, dans la messagerie mettre en liste noire quelques urluberlus qui se croient sur meetic ... et rencontré des personnes distantes attendant de voir aussi mon attitude ...
Pour permettre d'être connue sans vraiment écrire certaines choses j'ai utilisé la possibilité de mettre 3 sites en lien avec sa fiche perso et mis mon site pro, le forum d'ici et le site de l'INREES ...
Ma première sortie, dimanche, était une rando dans un coin du département que je ne connaissais pas donc lieu neutre ... et avec aspect culturel : lecture de textes (à 4 étapes )
Les textes étaient à mon goût, du Prévert, les voeux de Brel en 68 (des choses que mon Jean aimait tant et que je partageais avec lui)
mais quand en approchant d'une étape près d'un cimetière avec petite église, l'animateur a annoncé l'étape mais avec des allusions aux morts avec un humour particulier ... j'ai senti que je ne pouvais pas me faire la violence de continuer à entendre les ricanements sur la mort, les morts ...
je suis donc restée éloignée, une personne est restée avec moi car m'a t'elle dit elle déteste déranger les morts ...
personne ne m'a rien dit par rapport à ça mais j'ai vu des regards curieux ...
je me suis dit en regardant (s'ils veulent) ma fiche ils comprendront (45 visites à ce jour sur ma fiche) ... peut être ou m'interrogeront une autre fois ou on se croisera dans une autre activité !
J'ai pu parler un peu de deuil dans le co voiturage mais de manière je dirai sereine.

je ne sais pas ce que sera la suite ...
je suis inscrite à une causerie sur la 8 ième partie du prophète poète de Khalil Gibran sur la joie et la peine
(http://mon-khalil-gibran.blogspot.fr/2012/04/08-sur-la-joie-et-la-peine.html)
j'irai avec ce que je suis : une endeuillée de plein de deuils ... dans ma vie et dévastée par la perte de l'Amour de ma vie avec qui je m'étais construite dès mes 16 ans ...

Des constats :
J'ai pu récemment constater en écoutant un jeune que je croise (à l'activité commencée il y a un peu plus d'1 an) parler de sa soeur qui part à pas 30 ans d'un cancer foudroyant du foie en laissant 2 enfants derrière dont un bébé, que je pouvais avec moins de difficulté accompagner une personne en deuil, que celles dans le désespoir à la "veille" du deuil.
De par ce que j'ai appris et vécu, je suis à l'aise pour accompagner un malade jusqu'à sa fin de vie pas pour accompagner ses accompagnants, entourage, depuis le deuil de mon aimé.

Je ne sais pas donc où situer la reconstruction, ni juger de ses étapes ...
Ce dont je suis sûre c'est qu'elle va côtoyer ma gestion de mon chagrin de ma manière de vivre le manque, ce chagrin qui est folle douleur à des moments.

 voilà un témoignage et des partages de questionnements ...
affectueusement
« Modifié: 04 Avril 2017 à 18:40:11 par qiguan »
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1883
Re : C'est quoi la reconstruction
« Réponse #1 le: 05 Avril 2017 à 21:58:03 »
   Coucou Qiguan la travailleuse,
   Reconstruire, poum !
   ça doit être du boulot, puis ça évoque le bâtiment ... la propriété ...
   Préfère squatter et camper à droite à gauche, y a assez de maisons abandonnées et de lieux étranges à découvrir ...
   Ma vie foutue, eh bien, faut voir plus loin ...
   Un petit bagage (Rilke, Lorca, deux ou trois chaussettes ...) et youpie yoplà me vlà vouille !
   Voilà que s'termine le salon Batibow pour nous les Belges, palais d'exposition gigantesque du Heysel, poum, j'ai été une fois y a dix ans, ça suffit ! Et puis le salon de la cuisine, de la véranda, de la salle de bains, de la boîte aux lettres ...
   Et des commerciaux pour vous fourguer des échantillons de briques, du ciment, de la pierre, des ardoises, des kilos de prospectus ...
   Nan, construire, c'est quand on croit encore que tout peut pas s'effondrer ... alors reconstruire, faudrait être doublement pigeon ...
   Cet hôtel abandonné en Colombie fera l'affaire pour mon wiwi ...
   
   Sourire, M.
J'aime donc je suis !

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2709
Re : C'est quoi la reconstruction
« Réponse #2 le: 06 Avril 2017 à 12:09:48 »
 :) merci souci de ta contribution à la réflexion

"le psychiatre Christophe Fauré nous explique que le deuil peut se résumer en 4 tâches.
La première consiste à reconnaître et à accepter la réalité du décès. Il arrive qu’un départ soit tout simplement refusé, et que la réalité de la mort d’un être proche, trop inconcevable, soit tout simplement « déniée ».
Une fois cette tâche accomplie, vient la seconde étape : valider et exprimer nos émotions. Laisser sortir cette douleur.
Une fois cela accomplie, la troisième tâche porte sur le développement d’un lien nouveau et approprié avec la personne décédée. La construction d’une nouvelle relation ayant intégrée la pleine réalité de la séparation, et laissant s’exprimer les émotions qui y sont attachées.
Enfin, la quatrième tâche nous invite à intégrer une nouvelle vie, de nouveaux projets, aimer à nouveau. "

citations Dr Fauré (http://www.lexpress.fr/styles/psycho/les-etapes-du-deuil_1503723.html)
"La phase de restructuration

Enfin, très progressivement, après quelques années, d'imperceptibles changements se font sentir en soi. C'est le temps d'une lente reconstruction qui se décline sur trois axes:

    Une redéfinition de notre relation au monde et à autrui: petit à petit, on apprend à trouver une autre place dans la relation à autrui. Certes, on se sent différent à tout jamais vis-à-vis des autres mais notre relation au monde devient plus paisible.
    Une redéfinition de notre relation à la personne disparue: le lien intérieur avec l'être décédé s'est progressivement pacifié. Il devient profond et intime avec la certitude qu'il demeurera en nous à tout jamais.
    Une redéfinition de notre relation à nous même : nous ne sommes plus la même personne après le vécu du deuil. Sommes nous aujourd'hui plus fermé, dans le repli ou l'amertume, ou plus ouvert et tourné vers ce qui compte vraiment, dans une quête d'authenticité et de vérité avec soi même? C'est tout l'enjeu de ce long chemin.
...
C'est dans cette alternance, maintes fois répétées, entre "être avec les autres" et "être avec soi même" que se construira, petit à petit, un chemin d'apaisement. 

C'est à ce prix que l'on parviendra, un jour, à vivre le sens ultime du deuil: honorer la vie et la mémoire de ceux que nous avons perdus et, petit à petit, trouver en nous les ressources pour avancer dans une existence où nous devenons un être humain unique et singulier par le fait même de les avoir aimés et d'en avoir été aimé en retour. "


« Modifié: 06 Avril 2017 à 14:22:03 par qiguan »
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1883
Re : C'est quoi la reconstruction
« Réponse #3 le: 06 Avril 2017 à 12:44:38 »

   Construire ou re-construire sa vie est encore différent de la confiance réelle et inconditionnelle en la Vie ...
   La notion de la confiance est encore plus importante à restaurer, tout simplement parce que l'irremplaçable ne peut se remplacer ...
    Clin d’œil, M.
    https://www.youtube.com/watch?v=ag4O7gQGf_A
J'aime donc je suis !

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2709
Re : C'est quoi la reconstruction
« Réponse #4 le: 06 Avril 2017 à 14:25:00 »
je continue ou reprends la
construction de ma vie après un tsunami lié au veuvage
mais je n'ai jamais eu (me semble t'il) confiance inconditionnelle en la vie ... même quand j'ai décidé d'avoir un enfant ...
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1883
Re : C'est quoi la reconstruction
« Réponse #5 le: 06 Avril 2017 à 21:04:54 »

   Eh bien tu sais, Qiguan, c'est nouveau chez moi,
   cette idée de "confiance inconditionnelle" en la Vie ...
   Et c'est paradoxalement le suicide de mon neveu qui m'y pousse,
   et toutes les réflexions poursuivies "depuis" au contact des idéations suicidaires, puisque sur un autre forum, je tente de soutenir des démotivés de l'existence.
   Un peu comme notre bon vieux Sisyphe, je suis au pied du mur, philosophiquement parlant ...
   Mise au défi, je le relève donc.
   Et je pense que le simple fait de ne PAS se suicider exige une confiance inconditionnelle en la Vie.
   En cohérence avec un existentialisme essentiel ...
   C'est "aller loin" mais ... ce deuil-là m'y pousse.
   ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

                   Je veux cultiver mon espoir nu
                   mon espoir sans récompense,
                   mon espoir sans lendemain,
                   mon espoir tout nu ...
                   De profession n'en ai point,
                   encore moins d'élégance,
                   c'est ainsi que le destin
                   m'a mise au monde toute nue ...
                   Mon espoir sans espérer,
                   sans objet ou préférence,
                   dans le jour qui s'est levé,
                   dans les frous-frous du silence ...

                   ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ M.
         Bonne nuit mexicaine ... au son des grillons ...
   
J'aime donc je suis !

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1883
Re : C'est quoi la reconstruction
« Réponse #6 le: 06 Avril 2017 à 21:22:29 »

    L'apaisement, par contre, ça j'le sens pas ... confiance, oui, mais enragée quand même, normal ... satisfait, on fait plus rien ...
J'aime donc je suis !

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2709
Re : C'est quoi la reconstruction
« Réponse #7 le: 07 Avril 2017 à 11:28:04 »
en cherchant j'ai trouvé
ref un livre confiance inconditionnelle
"Pour la plupart d'entre nous, la confiance est quelque chose qui va et qui vient. Et si cela devenait une force constante nourrissant nos vies ? Dans ce livre audio, Pema Chödrön partage une méthode en trois étapes pour nous aider à travailler avec la peur et l'incertitude.
Elle nous enseigne que « les racines de la vraie confiance se nourrissent de notre capacité à vivre une amitié inconditionnelle avec nous-même, à nous entraîner à la douceur, et à nous fier à notre intelligence naturelle pour nous frayer un chemin à travers la vie. »
Pema nous apprend que, pour pouvoir être bénéfiques les uns envers les autres - particulièrement durant les périodes de difficultés et de changement -, nous devons avoir accès à la confiance véritable.
Contenant aussi bien des prises de conscience réconfortantes tirées de sa propre expérience que des outils pratiques pour votre vie, ""Confiance inconditionnelle"" offre une sagesse intemporelle qui vous aidera à cultiver le « courage au coeur tendre » dans toutes les situations."
je ne suis pas sûr de mettre le même sens sous ces deux mots en fait ...
https://www.youtube.com/watch?v=iLVIvuF2eS4
peur de perdre ceux que l'on aime ...
je suis marquée par une enfance qui a côtoyée la mort
un père mineur de fond
des camarades devenant orphelin(e)s avec le décès à la mine du papa, le risque rappelé par ma mère ...  voulant montrer une qualité aux instants présents ...

l'on n'est jamais abandonné dans les plus dures épreuves ,certes ce forum en est la preuve et toujours remercier les bonnes choses qu'il nous arrive : oui .
mais ça ne me donne pas confiance inconditionnelle en la vie
« Modifié: 07 Avril 2017 à 11:41:31 par qiguan »
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1883
Re : C'est quoi la reconstruction
« Réponse #8 le: 07 Avril 2017 à 12:47:59 »

   Ce sont des notions complexes qu'il ne sert à rien de "théoriser" ...

   Elles nous entraînent trop au-delà de nous-mêmes, mais c'est ce que j'aime bien, moi ...

   Parce que le suicide de Kalahan, c'est tellement TROP pour mon pauvre petit moi, absolument et à jamais inacceptable, donc merde à mon petit moi, à sa reconstruction dont je n'ai que faire ...
   J'aime bien le lien que tu as posté, Qiguan, Pema Chödrön, ça m'a l'air intéressant, mais je choisis le chemin de la création, de l'oeuvre, pas celui de "mon" bien-être, j'en ai rien à foutre de ce dernier.

   Je ne sais pas si le temps qui passe, ces quatre ans sous le sceau de la tragédie, me "reconstruisent", je n'en sais fichtre rien.
   C'est plutôt l' INSTANT de cette mort psychique, qu'a été pour moi le savoir de la mort du petit, qui me transcende, je ne trouve pas comment dire autrement, c'est violent ... cataclysmique ...
   Il n'y a RIEN d'autre que de l'amour absolu dans cet instant-là, il me semble, une force brute inouïe, effrayante pour un humain "normal", ça oui ...
   Cet instant est comme la porte Interdite ... où chercher l'impossible immortalité ... qui nous perd, en tant qu'individus, peut-être, ou du moins, en grande partie ... il resterait quelque chose d'essentiel, et c'est tout ce qui m'importe encore, tout ce en quoi repose ma confiance ...
   Et d'exprimer cela en poésie m'est devenu obligatoire, sinon je suis une coquille complètement vide ...

   Poum, je vais m'apprêter, je traîne encore en pyjama, j'ai fait à manger en pyjama, purée pas la classe ... mais le quotidien est fait de détails bêtes et lourds ...
   Ce matin, j'ai contemplé une opale blanche que j'ai pu acquérir hier, prix modique, très belle petite pierre, blanc-bleu laiteux, tacheté dans la matrice de petits feux multicolores ...
   Je me contente aussi parfois des petites choses ...
   
   Douceur, tendresse, Titine.
   
J'aime donc je suis !

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2709
Re : C'est quoi la reconstruction
« Réponse #9 le: 17 Avril 2017 à 21:34:58 »
Depuis le 04/04 (http://forumdeuil.comemo.org/apres-la-grande-souffrance-la-reconstruction/c'est-quoi-la-reconstruction/msg84912/#msg84912)
je continue mon témoignage :
j'ai continué à aller à des activités diverses causeries, randonnées ... avec l'association dont je vous ai parlé
j'avais décidé d'y aller avec mon authenticité, aucune envie de forcer le masque ...
et bien jusque là je n'ai eu que de la bienveillance voire de la compassion !
L'adresse de ce forum est sur ma page profil. J'ai noté car on demande 3 sites qu'on veut signaler que c'était celui qui m'avait tenu la tête hors de l'eau quand ça allait mal pour moi.
Ces personnes sont seules par choix (plus ou moins) mais comprenne très bien la différence de solitude pour moi. Elles sont attentionnées dans les conversations.
Bon ce ne sont que la trentaine d'un grand groupe que j'ai jusque là croisées ... donc peut être pas tous certes !
mais c'est réconfortant.
Comme en famille j'apprends là à vivre des moments de plaisir, de joies, des projets, tout en laissant être à l'intérieur de moi ce qui vient de douloureux.
Bien sûr en ne le réfrénant pas, il y a des moments où les larmes montent aux cils où je dois les stopper mais d'avance je ne suis pas en lutte pour "oublier" ou faire comme si ça n'existait pas, je ne saurai pas d'ailleurs.
Apprendre à vivre avec cette cohabitation intérieure de ces émotions opposées, à faire des choses en leur présence n'est pas une entrave car je ne suis pas sur mes gardes, juste je sais que je suis apte (à priori) la plupart du temps de gérer la montée soudaine de l'expression visible vers l'extérieur de la part douleur.
Je découvre ce qui attise le plus ma douleur, j'utilise des astuces, je les testes, je me fais ma boite à outils ... évolutive ...
pendant que le temps passe ...

bien chaleureusement
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char