Auteur Sujet: 8 ans après, toujours pas reconstruite. Question  (Lu 905 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Yayoucute

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 3
  • Le forum d'entraide durant un deuil
8 ans après, toujours pas reconstruite. Question
« le: 19 Octobre 2017 à 21:14:31 »
Bonsoir, je ne sais pas si je poste dans la bonne partie du forum.
Je me présente, je suis une fille, j’ai 18 ans, j’ai perdu mon père un peu après mes dix ans.
Je n’ai pas vraiment eu de suivi. Jamais vu un psy. Jamais confiée à quelqu’un à propos de ça.
Je pensais avoir fait mon deuil, avoir « oublié cette histoire » mais visiblement, non.
Cet an ci, j’y pense beaucoup. Peut-être trop. Je pense sans arrêt a des petits détails, ou alors à des questions beaucoup trop larges. C’Est un peu le flou dans ma tête, et je dois avouer que ces dernières semaines ou jours, ça va vraiment pas bien.

À part ça, je suis dans une nouvelle école pour un bts. Élève assez réservée, je ne parle pas beaucoup beaucoup. J’ai quelques nouveaux « amis » même si je ne me sens’ pas encore proche et à l’aiss Avec eux.
Quelque chose me tracasse beaucoup, personne à l’école n’est au courant pour mon père. Ni les élèves, ni les professeurs, et même si ça me permet d’oiblier Un peu le fait d’avoir perdu mon père, j’ai quand même besoin d’une espèce de reconnaissance de ma situation. C’est vraiment un poids pour moi. Je ne sais pas à qui le dire. Comment le dire. J’anv Que des élèves ou profs fassent des gaffes à ce sujet.

Merci de m’avoir lu, j’espère que vous pourrez me conseiller

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2170
Re : 8 ans après, toujours pas reconstruite. Question
« Réponse #1 le: 19 Octobre 2017 à 22:15:18 »

     Bonsoir Yayou,

     A mon très humble avis, il est normal que tu ne te sentes pas "reconstruite" de la mort de ton papa, survenue dans ton enfance.
     Les années entre 10 et 18 ans sont déjà, pour tout adolescent vivant dans un foyer "normal", d'éprouvantes années de CONSTRUCTION,
     alors pour toi, qui dois, en plus, TE RECONSTRUIRE, ces années comptent double d'efforts et de complexité !
     Chapeau pour ton endurance crois-moi c'est sincère !

     Tu sais, jamais il n'est trop tard pour parler.
     Peut-être même, qu'il est parfois trop tôt, que les choses peuvent mûrir un peu d'elles-mêmes.
     Oui, j'ai parlé de mûrir, pas de guérir ... ton papa est irremplaçable ...
     Dans TOUS les cas, il faut du temps, et comme je te l'ai dit, tu n'es pas en retard, un deuil profond, vécu au long de l'adolescence:
     RECONNAISSANCE ET BREVET DE HAUTE MONTAGNE à toi !

     La Nature, et notre Nature émotionnelle et rationnelle, tend toujours à pallier aux manquements.
     Les enfants ou jeunes adultes en manque d'un parent font presque toujours des transferts partiels pour combler un peu ...
     Es-tu fille unique ? Peux-tu parler librement de ton papa avec ta maman et/ou d'autres membres de ta famille ? Je crois que plus qu'un psy, c'est important ...
     Quant à l'envie de le dire aux autres, je la comprends, mais il y a de quoi se poser la question "comment" à "qui"... pour ne pas devenir tout d'un coup stigmatisée ... et puis, il y aura toujours des super-personnes qui vont se montrer encore plus super et des cons avec qui faut parler que de la météo ...

   Tu as bien fait d'écrire ici, je me réjouis que tu reçoives toute l'attention que tu mérites, chère Yayou.
   Bien amicalement et solidairement, Martine.
Heureuse d'être inconsolable, j'Aime.

Hors ligne Yayoucute

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 3
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : 8 ans après, toujours pas reconstruite. Question
« Réponse #2 le: 20 Octobre 2017 à 16:45:59 »
Merci beaucoup d’avoir répondu.
Ça fait du bien d’entendre que l’on vit quelque de difficile. J’ai toujours tendance à me dire que chacun a son lot de problème, alors j’évite de me plaindre et je me dis qu’il y a pire.

J’ai en effet remarqué que je faisais des transferts pour combler ce manque. Dans ma famille, il n’y a pas vraiment d’homme de la cinquantaine qui soit proche de moi, alors ça a toujours été avec mes professeurs. Particulièrement mon directeur de l’année dernière, je l’appréciais et l’admirais énormément, et malheureusement je n’ai plus l’occasion de le voir.

J’ai 3 grandes sœurs, et je suis très proche de ma mère, mais je n’arrive quand même pas à aborder le sujet de mon père

Hors ligne Sabie

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 16
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : 8 ans après, toujours pas reconstruite. Question
« Réponse #3 le: 22 Octobre 2017 à 14:40:19 »
Bonjour Yayou,

Ne serai ce que le fait d'écrire ici peut être libérateur. Si tu es proche de ta mère essai d'aborder le sujet,  peut être elle même a besoin d'en parler, et n'ose pas de peur de te faire souffrir. Il faut parfois se lancer au risque de souffrir le temps d'un instant, cette souffrance qui sera moins importante que celle vécu par la perte de ton père.

Vois tu un spy ?

Il pourrait aider a trouver les mots.

Et il n'y  a pas pire que la perte  d 'un proche.

Douce journée a toi.

Sab
"La chute n’est pas un échec, l’échec c’est de rester là où on est tombé " , Socrate

Hors ligne Yayoucute

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 3
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : 8 ans après, toujours pas reconstruite. Question
« Réponse #4 le: 23 Octobre 2017 à 20:46:37 »
Je ne me sens pas en parler à ma mère. Déjà parce que je sais que de savoir que je vais mal, ça va lui faire beaucoup de mal.
Et je ne veux pas qu’elle me voit faible. Je ne veux pas qu’elle sache que j’y pense.

Je ne vois pas de psy. J’aimerai bien, mais encore une fois, je ne veux pas que mon entourage soit au courant. Donc c’est compliqué.

Merci