Auteur Sujet: Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?  (Lu 7896 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne mgege

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 10
Bonsoir à tous,

J'ai perdu mon époux il y un peu plus de 6 mois. Nous avions trois filles, deux adolescentes, une dernière plus jeune. Au-delà de ma propre douleur qui m'est déjà incomensurable, je suis confrontée à la leur. Et je trouve cela encore pire !!!
J'ai bien compris tous les messages de ce site, qu'il n'y pas de règles, que chacun gère sa douleur, comme il peut... que pour prendre soin de son enfant, il faut d'abord prendre soin de soi... etc.
Mais concrètement comment faites-vous pour accompagner vos enfants en deuil ? Comment maintenez vous le lien avec leur parent disparu ? Après 6 mois, je suis à peine capable d'évoquer leur père... je ne me culpabilise pas, je sais bien que de toute façon, elles sont dans la douleur tout comme moi, qu'elles ressentent ma douleur au-delà des mots et qu'un jour viendra où les mots sortiront naturellement, lorsque nous seront prêtes les unes et les autres... J'ai posé quelques actes pour honorer la mémoire de leur père (organisation d'un voyage auquel il tenait, accroché des cadres qui évoquent son souvenir, distribué des photos...) mais tout cela me semble bien pauvre. En bref, je me sens totalement désarmée... Et vous où en êtes-vous de ce côté-là ? comment accompagnez-vous vos enfants ? Merci de vos témoignages.
Géraldine.

Hors ligne mam'deCath

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 815
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #1 le: 16 Février 2013 à 19:29:03 »
Bonsoir mgege,

En attendant que d'autres mamans et papas vous répondent, je voulais vous dire que si votre deuil est récent vous me semblez réagir positivement  face à la douleur de vos enfants.... Moi, en tant que grand-mère je n'ai pas la même proximité avec  mes deux petits-enfants c'est évident, toutefois malgré mon immense chagrin dont ils ont conscience j'essaie de maintenir le lien entre eux deux et leur maman, ma fille.
La petite de 10 ans me parle beaucoup de sa mère, elle en a besoin et sait que parallèlement elle me fait plaisir.... L'aîné est plutôt dans l'évitement pour le moment....
De temps à autre, voyez les vidéos consacrées au deuil des enfants, elles vous éclaireront. Mais prenez soin de vous aussi.
Vous pouvez vous exprimer également sur la rubrique "vivre le deuil de son conjoint".
Affectueuses pensées.
Mamm'j
« Modifié: 21 Février 2013 à 08:02:02 par Mammj »

Hors ligne tiobob

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 357
  • carpe diem
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #2 le: 17 Février 2013 à 20:55:46 »
bonjour mgege,
j ai perdu mon mari il y a presque 4 ans maintenant,notre fils n avait que 10 jours....
Cette question je me la suis posée 100 fois,d autant plus en raison de son jeune age.Comment faire exister pour lui ce papa dont il n aura aucun souvenir et qui  l a pourtant aimé et desiré .
J ai mes petits trucs à moi de ce coté là,mais ils ne s appliquent peut etre pas forcément à des enfants plus grands.
D abord j ai fait faire un livre photo qui retrace un peu tous les aspects du caractere de mon epoux,pour que mon fils puisse se representer qui il etait.
Ensuite je n ai pas eu de probleme pour aborder le sujet avec lui,meme tout bébé.Je saisi chaque occasion de pronnoncer son nom ou de raconter une anecdote,pour qu il sache qui il etait.
J ai aussi fait gravé une medaille avec une photo ou ils sont tous les deux.
Pour son premier noel je lui ai offert un cadeau que son papa voulait lui acheter et je lui ai dit que c etait de sa part.
Je le laisse s approprier quelques unes de  ses affaires et j aborde avec lui la maniere dont son papa est mort.
C est parfois dur de repondre à ses questions ou de faire face à sa spontanéité,surtout en publique,mais j essaye de mon mieux pour ne pas qu il se braque ou se renferme.
Je lui propose parfois d apporter une fleur à son papa et j ai demandé à une amie de lui faire une boite pour qu il puisse y mettre les cadeaux de fete des peres.

Voilà,je ne sait pas si ça sera utile,mais c est du vrai vécu.

bonne soirée

tiobob

Hors ligne tititou

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 340
  • je t'M un peu, BEAUcoup, PASSIONnément, à la FOLIE
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #3 le: 17 Février 2013 à 22:14:03 »
Bonjour,

le papa de mon garçon est mort il y a 1 an à la maison d'un infarctus. Mon garçon a vu son papa mort.
Le lendemain il ne voulait rien dire à l'école, seulement à la maitresse.
Il en parle très peu, souvent le soir au coucher mais seulemnt depuis quelque temps. Je lui ai toujours parlé de son papa .
Il est en révolte et en colère et reporte son agressivité sur moi car il n'exprime pas ses sentiments.
Cela monte très haut en tension, ensuite il pleure et là nous nous retrouvons. il ne veut pas écouter la musique qu'il aimait, faire des promenades déjà faite avec son papa ni aller au cimetière.
depuis quelque temps, il parle un peu plus facilement mais rejette toujours tout ce qu'aimait et lui avait appris son papa (nourriture, respect, politesse...) Il est en révolte contre les adultes .
Son papa était père au foyer et le gardait depuis qu'il avait 5 mois.
Les rôles étant inversés , mon gamin qui a maintenant 9ans 1/2  a du mal a retrouvé ses repères et moi aussi. Nous avons  du mal à retrouver une complicité et même à partager nos repas. A contrario, il ne me quitte pas et fait en sorte d'éloigner le peu d'amis venant chez nous. Il a très peur de me perdre.
Cela se décante doucement, la situation évolue et le 1er mars il sera suivi par une psy 1 fois par semaine pour qu'il arrive à exprimer sa colère et la comprenne. Souvent, il gâche les petits moments de plaisir en se comportant violemment et agressivement comme s'il voulait se prouver qu'il ne peut être aimé. Il refuse toute autorité depuis sa mort... depuis quelque temps, on arrive un peu mieux à communiquer.
J'espère beaucoup des visites de ce psy qui va le cerner et le faire s'exprimer par le jeu car je suis sure que s'il va mieux j'irai aussi mieux et notre relation pourra enfin évoluer vers des jours meilleurs.
Je l'amène à faire des activités à l'extérieur car si je l'écoutai,il ne ferai rien. (basket et musique).

Je n'ai pas accroché de photo au mur, mais j'ai fait un album regroupant toutes les photos de son papa et les dessins qu'il avait fait pour son papa, tous les moments de tendresse, les calins pour lui montrer que son papa l'aimait. Je lui en ai reparlé aujord'hui et il m'a dit qu'il était content. Hier, il a pris dans mon portefeuille la photo de son papa, je lui ai dit que s'il voulait comme elle est unique je la lui ferai refaire pour lui.
Je vais donc voir si maintenant, il voudrait une photo de son papa au mur ou pour lui dans sa boîte à secret.

Voilà, la situation à ce jour et ce que j'ai pu faire pour lui.

Notre histoire est différente mais cela aidera peut-être ?

tendrement
Martine


" La souffrance n'est pas une occasion de haïr, c'est une occasion d'aimer.
  C'est la seule chose que nous apprend la mort : qu'il est urgent d'aimer.
  Rien ne supprime le chagrin, mais le vrai coeur le rend utile et bénéfique. " 

 Alexandre-Timilou (héritage laissé dans sa boîte à fouillis)

Hors ligne mgege

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 10
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #4 le: 18 Février 2013 à 10:58:02 »
Bonjour à tous,

Je vous remercie de vos réponses. Cela me rassure de constater que c'est aussi difficile pour chacun de nous, même si au fond de moi je n'en doutais pas, ça fait du bien de le lire.
J'ai, de nouveau, proposé à notre aînée de consulter un psy. Elle semble moins fermée à l'idée, elle commence à comprendre que cette épreuve sera longue et difficile à surmonter. Je lui ai aussi proposé de participer à des groupes de paroles avec des jenues de son âge : j'ai trouvé unes assoc. qui intervient dans les etablissements scolaires auprès d'ado en deuil. Je trouvais l'idée pas mal, mais elle voit plutôt les inconveignants que cela se passe dans son lycée. Elle n'a pas envie d'être stygmatisée, j'avais déjà remarqué ça dnas les premiers jours avec notre deuxième.
Je pensais aussi à l'album, mais pour en faire trois, ça va me prendre du temps... je vais attendre un peu.
Aussi lorsque la tombe serait posée, je pensais prévoir une boite (mais il faudrait qu'elle puisse resister aux intempéries) dans laquelle nous pourrions chacune déposer un objet ou un petit mot, moi à mon cher et tendre et elles, à leur papa... Notre dernière m'a demandé si on pourrai lui acheter des angelots et elle était très en colère que je sois aller commander le monument sans elle,  je lui ai dit que j'avais pris quelque chose de très joli, en bleu , de la couleur préféré de papa... "mais moi, je voulais des lettres en or !" Ouf, j'ai pris des lettres en or.
Je vous souhaite bon courage à tous à toutes.
Géraldine

Hors ligne tititou

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 340
  • je t'M un peu, BEAUcoup, PASSIONnément, à la FOLIE
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #5 le: 18 Février 2013 à 13:24:08 »
Bonjour !
Contente d'avoir pu un peu aider...

Difficile à prévoir la réaction des enfants !

Mon garçon n'a pas voulu venir à la cérémonie ni à l'enterrement... Quand je suis revenue, il m'a demandé force détails assez surprenants .. la profondeur du trou... et lorque je lui ai dit qu'il était prévu pour pouvoir mettre au dessus un autre cercueil... il m'a dit et moi ! moi aussi je veux être avec papa... Je l'ai emmené voir les pompes funèbres pour lui montrer que je faisais les démarches dans ce sens... malhaureusement tout a été fait dans l'urgence.. on m'a demandé si je voulais une place mais je n'ai pas pensé à mon garçon.. comment penser à la mort de son enfant... Il n'est plus possible d'ajouter une place supplémentaire... J'ai donc réservé une place familliale ce coup ci en face de celle d'Alexandre. Comme cela, il aura le choix... Cela a paru le satisfaire... Je m'imagine mal en face mais pour lui c'est important...
Je t'embrasse.

Martine


 C'est bien je pense les groupes d'enfants... il n'y en a pas où je suis ...dommage car c'est un bon moyen je pens pour eux de s'exprimer et se rendre compte qu'ils ne sont pas seuls...
« Modifié: 18 Février 2013 à 21:28:49 par tititou »
" La souffrance n'est pas une occasion de haïr, c'est une occasion d'aimer.
  C'est la seule chose que nous apprend la mort : qu'il est urgent d'aimer.
  Rien ne supprime le chagrin, mais le vrai coeur le rend utile et bénéfique. " 

 Alexandre-Timilou (héritage laissé dans sa boîte à fouillis)

Hors ligne mgege

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 10
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #6 le: 20 Février 2013 à 09:22:16 »
Bonjour,

Oui, dommage qu'il n'y ait pas plus de groupes de parole pour les enfants et les ados. Je pense que ça leur fait vraiment du bien de comprendre qu'ils ne sont pas seuls... malheureusement...
J'ai contacté l'infirmière du lycée de ma fille, elle n'est pas complètement fermée à l'idée mais cela lui semble un peu trop prématuré, elle a peur que cette action arrive comme un cheveu sur la soupe au sein de l'établissement et que du coup cela perde de son sens. Je pense qu'elle n'a pas tort, et après tout notre fille sera encore au lycée l'année prochaine. J'ai discuté un long moment avec elle car elle a perdu son conjoint il y a plusieurs années. Ils avaient trois très jeunes enfants d'après ce que j'ai compris (elle ne m'a pas trop raconté sa vie quand même...). Elle m'a dit qu'elle pensait que j'avais voulu trop contrôler les choses, et que dans ces situations c'est impossible, qu'elle même en est toujours au même point après cinq ans 1/2... sincèrement, au vu de notre discussion,  je pense que ce n'est pas tout à fait juste, qu'elle est sévère avec elle-même, mais justement c'est ce je ne veux pas, marcher à reculons pendant des années, mais c'est bien là toute la difficulté il faut accèpeter de perdre le contrôle et culturellement on a du mal. Malgré tout cela, je vais continuer mes recherches en ce sens : j'ai aussi interrogé le CMPP pour savoir s'ils avaient connaissance de l'existence de groupe de paroles, je pense aussi à la CAF, je se suis pas spécialement pressée pour que cela se mette en place, ça prendra le temps qu'il faut et si ça ne peut pas se faire, cela ne se fera pas. C'est pas grave, on ferra autre chose.
Bon courage à tous et à toutes.
Géraldine.

Hors ligne Yohann

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 119
Re : Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #7 le: 20 Février 2013 à 10:26:30 »

Martine,


Il est en révolte et en colère et reporte son agressivité sur moi car il n'exprime pas ses sentiments.
... mais rejette toujours tout ce qu'aimait et lui avait appris son papa (nourriture, respect, politesse...)
... Il est en révolte contre les adultes .
... Son papa était père au foyer et le gardait depuis qu'il avait 5 mois.
... Les rôles étant inversés

Je n'en suis plus si sûr, Martine.

... Martine enfant et son père, qu'attendait-elle de lui ?
... Timinou enfant et sa mère, en fait comme son père du fait des rôles inversés, qu'attendait-il d'elle ?


... A contrario, il ne me quitte pas et fait en sorte d'éloigner le peu d'amis venant chez nous. Il a très peur de me perdre.

Est-ce bien l'enfant qui éloigne les amis, ou bien, inconsciemment, l'adulte (toi) qui éloigne les amis par une forme de honte du comportement de l'enfant ?


... Souvent, il gâche les petits moments de plaisir en se comportant violemment et agressivement comme s'il voulait se prouver qu'il ne peut être aimé.

Ne reproduit-il pas la situation passée entre Martine et son père ?
Être aimé par une maman réelle et non dans un rôle inversé.

... Il refuse toute autorité depuis sa mort...

Sauf, de façon très étonnante, en certains cas.
Quand tu redeviens la mère qu'il voulait : "être aimé".
Le contraste entre sa révolte de certains moments et son affection en d'autres, ... quand il retrouve la maman qui lui paraît aimante.


...Je vais donc voir si maintenant, il voudrait une photo de son papa au mur ou pour lui dans sa boîte à secret.

Ou une photo de ses parents ensembles, toi et Alexandre.
L'image qu'il avait sans doute souhaitée.


Tout ceci est mon ressenti intime et réfléchi.


 :-*

Yohann


Hors ligne tititou

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 340
  • je t'M un peu, BEAUcoup, PASSIONnément, à la FOLIE
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #8 le: 20 Février 2013 à 13:48:56 »
Bonjour Géraldine,

Mon garçon n'a été suivi par un psy que 5mois après lorsqu'il a commencé à être en colère... contre moi et son père.
Malheureusement, le suivi n'était pas assez rapproché et le psy pas en phase avec lui... 1 fois ts les mois ou mois 1/2 étaient bien trop espacés...
Il faut petre vigilant... La nouvelle psy que j'ai vu 1 fois et va suivre mon garçon m'a dit que souvent les enfants montraient des difficultés plusieurs mois après. Il suffit parfois de quelques séances...

Le fait de garder le dialogue surtout est très important.. primordial ! et aussi que les enfants sentent qu'on se soucient pour eux et qu'on les aiment quoiqu'ils fassent.....

 Contrairement à ce qui est dit dans le post précedent, je n'ai jamais eu honte de mon fils..... jamais ! honte de moi, peut-être car impuissante face à sa détresse .... mais pas honte de mon enfant...

Je dois reprendre le travail... Je te réponds la suite plus tard
Je t'embrasse Géraldine. Merci de ce partage

Martine
" La souffrance n'est pas une occasion de haïr, c'est une occasion d'aimer.
  C'est la seule chose que nous apprend la mort : qu'il est urgent d'aimer.
  Rien ne supprime le chagrin, mais le vrai coeur le rend utile et bénéfique. " 

 Alexandre-Timilou (héritage laissé dans sa boîte à fouillis)

Hors ligne Yohann

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 119
Re : Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #9 le: 20 Février 2013 à 14:32:15 »
Martine,


Il ne faut pas déformer mes propos, voyons !
Je n'ai pas pas écrit que tu avais honte de ton enfant, ce qui me parait évident !
Je vois mal une maman avoir une telle attitude !

Voilà ce que j'ai écrit :

"Est-ce bien l'enfant qui éloigne les amis, ou bien, inconsciemment, l'adulte (toi) qui éloigne les amis par une forme de honte du comportement de l'enfant ?"


Ce qui est bigrement différent, non ?


 :-*

Yohann



Hors ligne Fathio

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 104
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #10 le: 20 Février 2013 à 17:31:40 »
Bonjour Géraldine.
Mon expérience, en toute humilité.

Pour mes filles (bientôt 9ans et 4ans et demi), je suis capable de tout! Rien ne me fait peur, tant que c'est pour leur bien!
Concrètement, j'essaie au maximum de dépasser ma propre douleur, ma propre peine, pour me donner un coup de pied dans le c.. Afin de continuer à vivre, à sortir, à voir du monde, pour qu'elles ne soient pas isolées, qu'elles aient des amies, des activités, une vie à peu prêt normale de petites filles. Le pire pour elles seraient qu'elles soient isolées et stigmatisées parce qu'elle n'ont plus de maman!

En parallèle, pour les accompagner, le dialogue est primordial. Même si ce n'est parfois qu'un monologue, je leur parle beaucoup, de tout et de rien, de leur maman, de ce qu'elles ressentent. Ce dialogue est la base de la confiance. Elles doivent avoir confiance en moi pour pouvoir m'exprimer ce qu'elles ressentent quand elles vont mal, librement, sans craintes ni tabous. Je ne m'interdis pas d'ailleurs de leur montrer ma peine. Je ne me caches pas quand je pleure, mais je leur explique toujours pourquoi, en étant honnête : dialogue, et confiance.
Par contre, les règles que nous avions établies avant (politesse, horaires de repas et couchers...) sont restées valables. Je ne voulais pas que, malgré une excuse évidente pour un relâchement, un certain laxisme les prive de repères. Je pense que les enfants ont besoin de repères précis, même dans le cadre d'un tel bouleversement, pour se structurer, avec bien sur une bonne dose de tendresse et de câlins!

Je leur ai lu quelques livres adaptés aux enfants sur le deuil, sans que cela ne leur apporte beaucoup; elles ont réalisé un cahier souvenir, où elles ont écrit, et collé tout ce qu'elles voulaient sur leur maman, sans que depuis elles ne soient revenu dessus ( ma femme est morte il y a 7 mois). Nous avons aussi fait une boîte magique, je ne sais pas ce qu'il y a dedans, ce sont leurs trésors...

Globalement, pour la pus petite, j'essaie de maintenir le souvenir de sa maman, à son âge, elle peut vite oublier. Pour la plus grande, encore une fois, le plus important est d'être présent quand elle a besoin, à son écoute, sans rien forcer. J'essaie de réserver pour chacune des 2 des moments de tête à tête sans leur sœur, papa juste pour une fille.
Et j'avoue aussi que quand je ne les supporte plus, et cela est déjà arrivé, et cela arrivera encore, je les confie à des amis, pour avoir un moment de respiration, cela me semble primordial pour que j'aie toute mon énergie quand je m'occupe d'elles.

Pour résumer, ma méthode depuis que leur maman n'est plus là, c'est un mélange de dialogue, tendresse, honnêteté, franchise, et maintien de certaines règles. Avec des moments, des sas, des décompression.
Je suis bien conscient que ce n'est pas LA solution universelle, mais pour mes filles cela marche pour le moment, elles restent équilibrées, mangent bien, dorment bien, ont toujours leurs amies, et leur travail scolaire est excellent.

Et je dirais pour conclure que l'essentiel, c'est d'écouter son instinct et son cœur. Avec ce qui nous arrive, c'est l'instinct animal qui nous dit comment nous occuper et protéger nos enfants. Regardez dans la nature comment les animaux sauvages protègent leur petits des dangers, tout en leur apprenant à grandir...

Je vous souhaite beaucoup de courage, il en faut!
Fathio
"J'ai dans les bottes des montagnes de questions,
Où subsiste encore ton écho
Où subsiste encore ton écho..."
Alain Bashung - La nuit je mens

Hors ligne tititou

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 340
  • je t'M un peu, BEAUcoup, PASSIONnément, à la FOLIE
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #11 le: 20 Février 2013 à 22:15:27 »
Bonsoir Géraldine,

Après le post de Fathio, plus rien à ajouter...

Fais selon ton coeur, ce que tu ressens et avec le caractère de chacune...
Conserve le dialogue. Montre ta peine aussi... La confiance est importante. Continue à leur parler de leur papa... Sois à leur écoute pour saisir au vol les petites allusions... permettant d'en parler. Garde surtout les limites instaurés avant.

Je n'ai pas toujours su le faire, pas par laxisme... je l'ai toujours fuit, c'est la facilité... mais car le conflit était trop violent autant que sa révolte et continuel du matin au soir...
C'est particulier. Mon garçon culpabilise, son papa lui avait caché qu'il était malade...
Il se reproche de ne pas avoir été plus sage et plus gentil avec lui, il en veut à son papa de lui avoir caché sa maladie.. il était cardiaque.
Il m'en veut aussi de ne lui avoir rien dit (par amour et respect de la liberté d'Alexandre). Il me reproche de ne pas avoir pris soin suffisamment de son papa... Il prenait ses médicaments pas toujours sérieusement... Je me le suis aussi reproché. Ce qui explique son conflit actuel avec les adultes et la difficulté à nous rejoindre parfois....
Le fait que nous sommes isolés où nous vivons, pas de famille et pour seuls amis proches le couple de ses parrain/marraine ne facilite pas les choses. Je ne peux donc le confier quand la tension monte.

Quant au psy... je n'ai jamais été pour et je ne connaissais pas leur rôle.
Si ta fille ne le ressent pas.... elle n'en a peut-être tout simplement pas besoin.
Je me suis tournée vers eux par la force des choses... car je ne savais plus comment faire pour aider mon  petit garçon et retrouver l'esprit dans lequel nous étions avant à la Maison "des 3ti".

Le fait  que ce soit un garçon doit aussi jouer...

Je t'embrasse Géraldine et remercie de tout coeur Fathio pour son témoignage qui te sera bien utile puisque je crois que tu as aussi des filles .

Martine
« Modifié: 21 Février 2013 à 02:24:23 par tititou »
" La souffrance n'est pas une occasion de haïr, c'est une occasion d'aimer.
  C'est la seule chose que nous apprend la mort : qu'il est urgent d'aimer.
  Rien ne supprime le chagrin, mais le vrai coeur le rend utile et bénéfique. " 

 Alexandre-Timilou (héritage laissé dans sa boîte à fouillis)

Hors ligne mgege

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 10
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #12 le: 25 Février 2013 à 09:39:46 »
Bonjour Martine,

J'ai vu que tu m'avais envoyé un MP, c'est gentil... Ne tinquiétes pas : je vais bien. Enfin autant qu'il est possible. Vos réponses m'ont aidées, ainsi que touts vos échanges. En fait, je viens très régulièrement sur le forum, même si je ne participe que très très très rarement. Mon comportement sur le net est à l'image de celui que j'ai dans la "vraie" vie : discret à l'extrème, mais je sais sortir de ma coquille. En plus, le WE, l'ordinateur de la maison est squatée par les filles... lorsqu'elles le lâchent, à la fin de l'heure autorisée (22h30 quand il n'y pas école le lendemain), c'est moi qui n'est pas le courage de m'y mettre. Là, je suis au bureau, donc je m'étends pas trop, juste pour te dire que je suis touchée par ta solicitude.
Affectueusement et bon courage à tous.
Géraldine.

Hors ligne laurencecamille

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #13 le: 09 Mars 2013 à 00:33:37 »
Mes enfants avaient 13 et 10 ans lorsque leur papa est décédé, il y a deux ans et demi. Ce fut un tsunami. Ma fille, alors agéee de 13 ans a fait une grave dépression, était suivie par un psychiatre et sous médicaments pendant 6mois. Mon fils, quant à lui, semblait vivre les étapes du deuil de façon un peu plus "normale"...
Mais , dieu que c'est dur, ce sentiment que leur enfance leur est enlevée en quelques secondes, de voir dans leurs yeux le désespoir, le chagrin et la douleur à l'état brut.

Aujourd'hui encore je ne parviens pas à être positive quant à l'avenir, tellement ils ont perdu de choses en cours de route. Je les vois comme amputés, je ne supporte pas que quelqu'un intervienne auprès d'eux , mis à part moi. Je me fais violence pour ne pas nous sequestrer dans notre maison à l'abri de toute agression éventuelle, de la part des autres, amis, famille, copains de classe... qui pourraient ne pas tenir compte de leurs fragilités. Je m'isole... avec eux. Ca ne me fait jamais de bien de voir d'autres gens, d'assister en tanbt que spectatrice à ce qui aurait pu être leur vie, au milieu de deux parents... alors j'évite...
Je ne sais pas trop quoi te conseiller pour les aider car j'ai moi même le sentiment permanent d'être inutile et impuissante.

Hors ligne tititou

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 340
  • je t'M un peu, BEAUcoup, PASSIONnément, à la FOLIE
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #14 le: 10 Mars 2013 à 03:59:56 »
Bonjour Laurence,

Je comprends ta situation. Cela fait 13 mois qu'Alexandre; mon conjoint est décédé. J"ai un garçon qui n'avait pas encore 9ans quand c'est arrivé. Il est en révolte permanente toujours en colère et je dois le faire suivre par une psy maintenant 1 fois par semaine car il est parfois très violent....souvent à mon encontre... toujours dans la colère...
Il commençait a avoir des problèmes aussi à l'extérieur, à l'école notamment où son instituteur m'a dit qu'il n'était pas tendre avec ses copains surtout verbalement et n'avait pas un langage châtié. Qu'il y aurait pbm à l"ado si cela continuait...
La psy me demande de l'ouvrir aux autres, de lui faire faire  des activités pour établir un lien social en dehors de la maison.
Il doit se re-construire et retrouver le respect pour les autres. C'est important pour son futur, son avenir.
Il est nécessaire de le faire se tourner vers les autres, vers la vie car trop centré sur lui m^me, il en arrive à penser qu'on lui doit tout et est très malheureux quand il est contrarié...Gros pbm de frustration....
La psy m'a dit : ne pas avoir d'apitoiement, maintenir le dialogue, les échanges, les repas en commun, éviter trop d'écran 'ordi-tv-console car il se réfugie dedans...ainsi il n'a pas à parler ni penser mais cela l'empêche de réfléchir.
Bien sur, il n'a pas envie de bouger... je dois le booster et du coup me bouger pour lui aussi....son avenir en dépend...
Depuis, moi-m^me je me sens mieux et retrouve l'envie d'agir.. de faire des choses.
Par truchement, il fait aussi des efforts... accepte mieux l'autorité.
La psy me dit qu'au début; il avait peur pour moi... il ne voulait rien faire sans moi...ne me lâchait pas allant jusqu'à faire fuir le peu de relation venant encore à la maison... Nous sommes maintenant très isolés.
Heureusement, sur le forum, j'ai trouvé des amis de coeur à qui me confier.
Je ne vois pas de psy. Elle me l'a proposé indirectement... je sais qu'une porte est ouverte si besoin était..
Par contre on se voit avant la séance avec mon petit bonhomme et ensuite elle me dit un petit mot sur l'évolution et me rappelle pour faire le point.
En parallèle cela m'aide beaucoup.
Comment ça se passe l'école pour tes enfants ? te demandent-ils de voir d'autres petits copains ? Ils ne faudrait pas que sous pretexte d'être bien à la maison, se sentant protégés, le monde extérieur leur fasse peur... cela serait peut être dommageable pour leur avenir...
Mais je ne connais pas assez le caractère de tes enfants, ta situation... pour savoir ce qui est mieux... simples questions qui me viennent.

Je t'embrasse très fort !
bises
Martine
ps : difficile de ne pas surprotéger nos petits... face à ce qu'ils ont subi....
" La souffrance n'est pas une occasion de haïr, c'est une occasion d'aimer.
  C'est la seule chose que nous apprend la mort : qu'il est urgent d'aimer.
  Rien ne supprime le chagrin, mais le vrai coeur le rend utile et bénéfique. " 

 Alexandre-Timilou (héritage laissé dans sa boîte à fouillis)