Auteur Sujet: Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?  (Lu 8447 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne N@t

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 164
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #15 le: 09 Mai 2013 à 02:23:13 »
Bonjour a tous

Vous trouverez mon histoire dans le module "Être un parent en deuil".
Il y  10 jours (11 dans quelques heures) j'ai perdu mon fils ainé, il allait avoir 13 ans cet été et laisse derrière lui un petit frère de presque 5 ans et une petite sœur de 9 ans.

Tristan était malade. Dès le début j'ai voulu ne rien cacher aux petits, sans pour autant trop leur en dire. Je leur ai dit que leur frère était "très très très malade" et que à cause de sa fragilité ils ne pouvaient pas aller le voir à l'hôpital (ce qui était vrai, afin de préserver un espace de vie convivial pour les enfants hospitalisés et qu'ils n'aient pas à rester en isolement dans leur chambre en période d'aplasie, le services d'onco-hémato pédiatrique n'est accessible que aux parents sauf autorisation spéciale). Ils ont pu le voir à travers une vitre une seule fois en 7 semaines, pour Pâques, même si il était faible, et avait une tête fatiguée, il a fait le déplacement jusqu'à la porte vitrée pour leur faire un coucou.

Le jour où il nous a quitté j'ai tenu à ce que les petits viennent le voir une dernière fois en réanimation. Je les ai accueillie en salle d'attente, les yeux pleins de larmes, je les ai pris dans mes bras et je les ai mené jusqu'au fauteuil. J'ai pris le plus jeune sur mes genoux et je leur ai expliqué que leur frère était mort et qu'il ne reviendrait jamais à la maison. Ensuite je les ai accompagné dans la chambre, jusqu'à ses cotés pour qu'ils l'embrassent pendant qu'il était encore chaud (j'ai le souvenir du dernier baiser fait à mon grand père dans son cercueil, il était froid et cireux, cela m'avait dégouté. Je préférais qu'ils profitent de la chaleur qui lui restait). Ils ont pu touché sa main si ils le voulaient, seul le plus jeune a voulu lui prendre la main. Et je suis restée disponible pour répondre à leurs questions.

Ensuite je les ai confié a leurs grand-parents jusqu'aux obsèques, me permettant à moi de me laisser aller à ma douleur auprès de ma famille et aussi nous laissant le temps de nos occuper des "formalités" (obsèques, messe, morgue, mairie et petits problèmes administratifs)

Ils nous ont accompagné aux obsèques, ils ont posé des bougies sur le cercueil, je leur ai expliqué que c'était pour guider leur frère jusqu'à la lumière.

A la maison je n'ai pas retiré les cadres et les photos. Je ne les retirerais pas. Tristan fait parti de nos vies. Ma fille "hérite" de sa chambre (elle dort dans la même chambre que son petit frère jusqu'à présent), je lui laisse le temps de l'investir, on retire les affaires de Tristan progressivement, ensembles, réfléchissant à ce que l'on jette, ce que l'on garde et qui gardera quoi. Gaïa (ma fille) dort toujours dans le lit superposé avec son petit frère en dessous pour le moment, je respecte son besoin de prendre son temps. Elle parle peu de son grand-frère, elle m'a juste dit qu'elle avait été triste mais n'avait pas envie de pleurer (alors que certaines de ses copines ont pleuré). Je l'ai autorisé a aller dormir chez sa copine, elle était super contente de pouvoir le faire. A présent que Tristan n'est plus là pour s'occuper d'elle après l'école, elle ira tous les soirs chez sa copine jusqu'à ce que je rentre. Cela lui plait beaucoup. Le petit dernier ne semble pas triste, son grand frère lui manque, surtout qu'ils jouaient souvent ensemble, alors il vient + souvent me demander de jouer avec lui. Il pose aussi beaucoup de questions déroutantes mais très pertinentes.

A la maison nous avons aussi faire un "mémorial" avec des photos, des bougies et quelques uns de ses jouets préférés, ses coupes et médailles et un petit carnet pour lui écrire.

Le service hospitalier nous a prévenu que les psychologues sont également disponibles pour la fratrie, même (et surtout) après le décès de l'enfant malade. Je vais prendre rdv car j'ai peur d'une bombe a retardement avec Gaïa. A un âge charnière, avec l'ambivalence des sentiments, elle qui, dans sa rivalité fraternelle, était "contente" qu'il soit malade afin d'être tranquille à la maison et elle qui est celle qui "prend sa place", sa place d'ainé de la famille, sa place dans sa chambre aussi. J'ai aussi besoin de quelqu'un qui a l'habitude de ces situations pour répondre aux questions du plus petit, questions auxquelles je n'ai pas de réponse satisfaisante à donner à un enfant comme pourquoi on met les morts dans des cercueils, pourquoi on doit fermer les cercueils, des questions sur la crémation (lui aurait voulu qu'on l'enterre), parler de comment il comprend les choses qu'on lui a expliqué.

« Modifié: 09 Mai 2013 à 02:26:36 par N@t »
Natacha, maman de Tristan, emporté par un lymphome foudroyant le 28 Avril 2013 peu avant ses 13 ans, après 7 semaines de combat acharné contre la maladie.

Hors ligne *Ephémère*

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1338
  • Tu es là dans ma peau comme un coup de couteau
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #16 le: 09 Mai 2013 à 10:45:49 »


Bonjour, Nat,

Je crois que c'est une très bonne idée, que de rencontrer les psychistes du service hospitalier ; ils ont souvent l'habitude de ce genre de situations et peuvent être une aide précieuse. Pour tes enfants, mais pour vous aussi, parents.

Je lis que tu soutiens beaucoup le frère et la soeur de Tristan, mais je t'en prie, essaye de ne pas t'oublier.
Prends aussi soin de toi...

Je voulais seulement te faire un signe d'amical soutien, et t'embrasser, pour t'offrir ma tendresse.

Nous savons toutes deux, n'est-ce pas, que mes pauvres mots ne sauraient t'apporter ne serait-ce qu'une once de consolation.

Alors, juste ce petit signe, et je repars, sur la pointe des pieds.




*Ephémère*

       Tu es là d ans ma peau comme un coup de couteau.

Hors ligne baboune

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #17 le: 22 Mai 2013 à 13:25:09 »
Bonjour, je viens de parcourir votre site...
Il y aura demain 6 semaines, j'annoncais à mes deux enfants de 22 et20 ans qui vivent avec moi le suicide de leur papa. Comment j'ai pu leur annoncer cette nouvelle, je ne sais plus tellement j'étais sous le choc. Depuis la vie s'est arrêtée...je me sens démunie devant la souffrance de mes enfants...j'ai peur pour eux. Ils me protègent et en même sont très agressifs de part leur douleur.
Je les entoure, je reste disponible à l'écoute...même près d'eux dans le silence...je me sens tellement mais tellement démunie face à ce drame.

Hors ligne tititou

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 340
  • je t'M un peu, BEAUcoup, PASSIONnément, à la FOLIE
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #18 le: 22 Mai 2013 à 13:43:23 »
Bonjour,

je ne sais pas si je pourrai t'aider, mon garçon aura 10 ans fin mai. Son papa est mort brutalement d'un infarctus. Il est resté dans la colère très longtemps et rejetait sa colère, sa révolte contre moi, me disant des choses terribles.
Il est persua dé qu'il aurait pu faire qque chose pour le sauver... Il est révolté car son père ne se soignait pas correctement.
Il a commencé à aller mieux qd il a rencontré une psy avec qui le courant passe bien et qui a su le recadrer. Il était conscient de me faire faire vivre un enfer mais il en voulait au monde entier et j'étais la seule à ses côtés....

Ton histoire différente est aussi violente pour tes enfants même s'ils sont grands. Il faudrait les amener à voir quelqu'un d'extérieur qui pourrait entendre leur peine et les guider pour comprendre, accepter et être moins agressifs envers toi...
Il a y bq de culpabilité de part et d'autre bien souvent et il faut en parler à un tiers qd cela ne peut être dit pour évacuer sa colère et sa peine....
Je suis de tout coeur avec toi... Je ne viens plus souvent sur le site mais on m'a bq aidé alors qd quelqu'un fait un signe sur le module concernant les enfants, j'essaie d'être présente.
Il y a un module sur le suicide qui peut-être t'aidera aussi ?
je t'embrasse très fort.
Martine tititou
" La souffrance n'est pas une occasion de haïr, c'est une occasion d'aimer.
  C'est la seule chose que nous apprend la mort : qu'il est urgent d'aimer.
  Rien ne supprime le chagrin, mais le vrai coeur le rend utile et bénéfique. " 

 Alexandre-Timilou (héritage laissé dans sa boîte à fouillis)

Hors ligne machan

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 10
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #19 le: 31 Mai 2013 à 09:29:34 »
Bonjour,
mon mari est décédé de la mort subite du sportif ça va faire 6 semaines dimanche. Mort après avoir joué 10 minutes, alors que depuis 40 ans, il jouait tous les week-ends.
Nous avons 3 enfants de 8, 12 et bientôt 14 ans. Il est avec nous en permanence, par les photos, les vidéos, les : ah, papa aurait fait ça, dit ça ...
C'est la même chose pour les 2 filles et le fils. Ils étaient présents à chaque moment au funérarium, seul mon fils de 8 ans n'a pas voulu aller au crématorium. Mes 2 filles ont même vu l'entrée du cercueil dans le four, via une caméra.
Les 3 ont vu 1 infirmière psy et vont être suivis par 3 psychologues différents au CMPEA.
La vie à la maison est "gaie" quand ils sont là. Pour nous, leur papa est toujours là, pour le moment, on va dire que ça se passe. Les 2 filles passeraient tout leur temps avec les personnes qui partageaient sa passion du foot, mon fils moins car il m'a dit l'autre jour qu'il était mort parce qu'il avait fait trop de foot. Il parle beaucoup, j'essaie de répondre à ses questions le plus simplement possible. J'espère qu'ils surmonteront cela.
J'ai moi même perdu mon père accidentellement à 4 ans, et à la maison il ne fallait surtout pas en parler. J'ai été très mal jusqu'à 20 ans, incapable de dire le mot"papa". Ma mère ne nous en a jamais parlé, et là elle me parle de Stéphane en permanence, j'ai beaucoup de mal à l'accepter, mais ça c'est un autre sujet. Voilà mon ressenti pour le moment.

Hors ligne Dianartemis77

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 18
  • Je t'adorerai jusqu'à mon dernier souffle
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #20 le: 06 Août 2013 à 20:13:56 »
Bonjour, mon époux est décédé par accident le 09 juillet 2013. L'annonce aux enfants a été terrible, ma fille a 9 ans et mon petit a 6 ans 1/2, leur papa était leur héros. Après les cris et les pleurs, j'ai eu l'impression qu'ils ont eu besoin de passer à autre chose pour se protéger. Mon fils ne voulait plus qu'on prononce le mot papa ou son prénom. Ma fille n'arrête pas de sourire quand je la regarde. Désormais on peut parler de papa mais ils ne pleurent pas du tout et ne veulent pas me voir pleurer. J'ai consulté une psychologue pour moi et elle me dit que ça ne presse pas pour les enfants. J'ai peur des effets à la longue, des répercussions sur leur scolarité... Ils n'ont pas voulu le voir et assister à la cérémonie. Pour l'instant, ils n'ont pas été au cimetière et j'y allais au début mais j'ai de plus en plus de mal car la prochaine fois j'envisage de les y emmener mais je redoute leur réaction. Ils jouent comme avant comme si de rien n'était, mon fils a quelques difficultés à s'endormir.

Hors ligne N@t

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 164
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #21 le: 07 Août 2013 à 00:19:09 »
bonjour

peut etre devriez vous envisager de voir une psychologue avec eux, les miens (9 et 5 ans) en ont vu une pendant 2 mois après le décés de leur frère (13 ans), en tant qu'endeuillé nous même nous ne sommes pas bien placé pour juger du bon ou mauvais déroulement du deuil chez nos enfants, un tiers-personne est souvent nécessaire non seulement pour nous aider à en parler avec eux mais aussi pour nous dire si cela leur comportement est normal ou pas.
Dans les grandes villes il existe aussi des groupes de soutien pour enfants, où les enfants peuvent discuter entre eux de leurs deuils respectifs, c'est souvent plus facile que d'en parler avec les adultes. Ces groupes sont animés par des personnes spécialement formées au deuil des enfants et si ils remarquent que quelque chose sort de l'ordinaire ils peuvent vous orienter vers un spécialiste.

Les miens n'ont pas versé une seule larme, à aucun moment mais parlent sans arrêt de leur grand frère et le petit vient regulièrement dormir avec moi la nuit (avant il allait dans le lit de son frère quand il se reveillait la nuit), au debut je trouvais cela bizzare cet "absence de chagrin apparent", j'avais peur qu'ils refoulent leurs sentiments mais les enfants expriment leurs sentiments différements des adultes et différement les uns des autres aussi, la psychologue m'a aidée et rassurée. L'important c'est surtout de rester vigilant et attentif à leurs demandes, même si je sais que ce n'est pas facile quand on est nous même dans la douleur. Leurs professeurs étaient au courant et à la rentrée j'en parlerais aussi à leur nouveau professeur pour qu'ils restent eux aussi vigilants sur les changements de comportement à l'école.

Je vous souhaite beaucoup de courage.
Natacha, maman de Tristan, emporté par un lymphome foudroyant le 28 Avril 2013 peu avant ses 13 ans, après 7 semaines de combat acharné contre la maladie.

Hors ligne Dianartemis77

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 18
  • Je t'adorerai jusqu'à mon dernier souffle
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #22 le: 08 Août 2013 à 11:17:53 »
N@t,  je vous remercie pour votre réponse, je vais en effet prendre contact avec une psychologue pour qu'elle "fasse le point", j'habite en campagne près d'une petite ville alors pas de groupes de parole ou de soutien. Ce seront les seuls orphelins de leur classe et j'ai un peu peur de la rentrée, les maîtres vont être prévenus, j'espère qu'ils seront vigilants.
Encore merci. Et oui j'ai besoin de courage et d'énergie, mon amour me manque tant.

Hors ligne Célineda

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 178
Re : Qu'êtes-vous capables de faire pour accompagnez vos enfants ?
« Réponse #23 le: 19 Septembre 2013 à 00:15:33 »
ma fille avait 6mois. elle approche des 2. j'ai envoyé y a peu une longue lettre a SES potes en disant que mon mari n'était pas tabou, qu'ils en parlent car ce seraient les seuls plus tard qui pourraient en parler en dehors de moi.
Ensuite je suis en train via internet de faire un album "famille" pas que centré sur mon mari, mais avec MES parents, ma belle mere (qu'elle ne connaitra pas elle n'est même pas venu aux obsèques) bref qu'elle est des visages (y compris le mien, le sien, ma soeur ...) qu'elle repere. Mais hors de question pour moi de faire u ntruc mortuaire. Elle ne l'aura jamais connu, je veux pasen faire un drame.