Auteur Sujet: Mon garçon reporte sa colère, sa révolte sur moi depuis la mort de son papa  (Lu 25681 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne *Ephémère*

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1338
  • Tu es là dans ma peau comme un coup de couteau
« Modifié: 01 Février 2014 à 22:47:46 par *Ephémère* »
*Ephémère*

       Tu es là d ans ma peau comme un coup de couteau.

Hors ligne kika

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 211

Bonjour Tititou


Merçi de nous faire part de si excellentes nouvelles. Enfin tu as pu renouer des relations apaisées avec ton fils
Le savoir bien dans sa peau après tant de souffrances pour lui, pour toi nous met du beaume sur le coeur
Et je vois que du coup tu t'occupes de toi, tu sors de ton isolement...ça fait du bien et me donne l'espoir d'en faire autant un jour

Bonne continuation

Je t'embrasse

Malika

Hors ligne tititou

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 340
  • je t'M un peu, BEAUcoup, PASSIONnément, à la FOLIE
Bonjour à tous.

Je reprends le fil ! Mon garçon qui allait si bien début mai a craqué au moement des fêtes des méres/ péres le 9 juin. Crise des plus terribles où sa psy a pensé à une depression. Il a été hospitalisé 1 semaine. Apparemment non.. Heureusement mais à nouveau révolte, colère envers moi. Cela m'a permis cependant de prendre du recul et de récupérer un peu.
Nous avons rencontré un psychomotricien qui a réussi à le mettre en confiance et lui faire mettre enfin des mots sur ses angoisses.
Nous l'avons vu ensemble et il m'a demandé de raconter devant lui comment cela s'était passé le jour de la mort de son père... Je n'ai jamais vu mon garçon aussi attentif et assis sans se lever.. Ce jour là, il a réussi  dire qu'il pensait que j'aurais pu le sauver et aussi lui. Il a aussi demandé pourquoi, on l'vait tenu à l'écart car il pensait qu'il aurai pu aider à le sauver... Pour la 1ère fois, il a entendu comment cela s'est passé et comment je l'ai vécu.
Je l'ai vu ensuite seul, il m'a demandé de travailler 2 points (c'est le premier à me donner enfin des éléments !):
1) stopper la crise avant que ça monte en le mettant à l'écart pour qu'il se calme, s'il ne veut pas, tout simplement en vaquant à mes occupations et m'éloignant de lui comme si cela ne me touchait pas. Pas facile car dans ce cas, il revient à la charge pour faire monter la pression... Mais positif car l'autre jour, de lui même, il est allé finalement s'isoler dans sa chambre... 
2) Ne pas trop l'accueillir après la crise. Jusqu'à présent à chaque fois qu'il monte et dit des choses terribles à mon encontre, il finit par craquer, pleurer et venir se lover dans mes bras car il sait qu'il a dit des choses affreuses et cela l'angoisse.  
Le psychomotricien m'a expliqué que l'accueillir signifiait pour lui qu'il m'avait vraiment atteinte et fait de la peine et le culpabilisait et l'angoissait encore plus... La conduite à tenir : juste lui faire une bise et continuer ses activités comme si rien n'était. 1 ou 2 jours après, lui dire "dis donc, tu as encore été dur avec toi ce jour là.... et en discuter avec lui. Cela pour lui montrer que cela ne change rien à notre amour.
Il pense que mon garçon est complètement paumé et ne comprenant pas lui même pourquoi il a cette envie d'être méchant envers moi, se culpabilise et ne maîtrisant pas ses sentiments s'angoisse encore plus et l'angoisse montant ne peut s'en sortir qu'en faisant des crises...

Je me devais de donner ces éléments qui peut être pourront aider d'autres personnes car par moment, nous sommes vraiment désarmés et ne savons plus quoi faire pour les aider.

Cela fait plus d'un mois que nous n'avons pas revu ce psychomotricien car il partait en vacances. Mais pas de crises. Des moments difficiles car il agit comme s'il se refusait d'être content et gâche les petits plaisirs des vacances dès qu'il ressent de la joie...
Par contre beaucoup plus de dialogues et de complicité !

Je vous embrasse tous, mes amis de coeur.
et vous serre 3 fois la main pour vous dire que vous comptez toujours autant pour moi !

Martine Tititou
 


« Modifié: 23 Août 2013 à 03:18:21 par tititou »
" La souffrance n'est pas une occasion de haïr, c'est une occasion d'aimer.
  C'est la seule chose que nous apprend la mort : qu'il est urgent d'aimer.
  Rien ne supprime le chagrin, mais le vrai coeur le rend utile et bénéfique. " 

 Alexandre-Timilou (héritage laissé dans sa boîte à fouillis)

Hors ligne mam'deCath

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 815
Bonjour Tititou,

Voilà qui doit vous rassurer et vous soulager tous les deux.... Une personne extérieure a enfin pu cerner la difficulté et la souffrance de Jean-Adrien et trouver la manière de l'aider à desserrer son angoisse, de même que la tienne !
Petit à petit grâce à tous ces efforts et cette persévérance  il ira vers un apaisement, ce qui ne peut que contribuer à vous rapprocher l'un  de l'autre, je vous le souhaite de tout coeur.
Mes affectueuses pensées à vous deux et... trois fois la main !
Mj

Hors ligne tititou

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 340
  • je t'M un peu, BEAUcoup, PASSIONnément, à la FOLIE
Merci mammj

de prendre la peine de me mettre un petit mot à chaque fois.
Tendre pensée
Martine
" La souffrance n'est pas une occasion de haïr, c'est une occasion d'aimer.
  C'est la seule chose que nous apprend la mort : qu'il est urgent d'aimer.
  Rien ne supprime le chagrin, mais le vrai coeur le rend utile et bénéfique. " 

 Alexandre-Timilou (héritage laissé dans sa boîte à fouillis)

Hors ligne tititou

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 340
  • je t'M un peu, BEAUcoup, PASSIONnément, à la FOLIE
bonjour à tous;

je n'espérai pas pouvoir répondre et mettre un dernier mot sur ce fil !
Merci à ce forum d'avoir exister...grand merci a ceux qui nous permettent de faire un dernier petit signe aux amis de coeur.

Aujourd'hui mon garçon va mieux, beaucoup mieux... toujours les problèmes de date mais plus de crise ou du moins je connais les signes annonciateurs et arrivent à les gérer avec lui.
A mon tour d'avoir des grands moments de déprimes.... et c'est lui qui à son tour m' a aidé.... venant me dire...maman, ce n'est pas grave, ne t'énerve pas ça ne sert à rien.... et à faire le pitre pour me faire sourire....

Je me soigne à mon tour et consulte un psy pour ne pas perdre les bénéfices acquis par mon garçon. Nous nous ouvrons à la vie et acceptons d'etre heureux ensemble et avec nos amis. Nous recevons à la maison et à Noel ... un sapin fait au dernier moment par des connaissance papa et maman solo seuls de leur côté à ce moment de l'année si difficile à traverser pour ceux dans la epine et la solitude.... Depuis nous sommes tous devenus amis et traversons ensemble des moments de joie et de bonheur sans culpabilité.... nous ne sommes que de passage... et j'ai décidé avec mon garçon de profiter de ces petits instants pour grandir et se reconstruire.... merci à tous. et 3 fois la main !

merci en particulier à mamj de cath, éphémère, malika,... et tous les amis de coeur

si vous voulez garder contact tchoupi78@live.fr 
" La souffrance n'est pas une occasion de haïr, c'est une occasion d'aimer.
  C'est la seule chose que nous apprend la mort : qu'il est urgent d'aimer.
  Rien ne supprime le chagrin, mais le vrai coeur le rend utile et bénéfique. " 

 Alexandre-Timilou (héritage laissé dans sa boîte à fouillis)

Hors ligne *Ephémère*

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1338
  • Tu es là dans ma peau comme un coup de couteau

Bonjour à toi, chère Tititou,
Que la vie te soit douce.
Que ton ciel soit clément, et réchauffé du soleil de la tendresse.
Je souhaite que la vie t'offre le meilleur ; que dis-je ?  Vous offre le meilleur, à ton petit prince et à toi.

*Ephémère*

       Tu es là d ans ma peau comme un coup de couteau.

Hors ligne tititou

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 340
  • je t'M un peu, BEAUcoup, PASSIONnément, à la FOLIE
Hello les amis de coeur,

je reviens vers vous, mes soeurs et frères de coeur car vous êtes toujours dans mes pensées... même si je ne viens plus souvent...

Mon garçon vient d'avoir 11 ans. Cette année, pas de crise,  pour la fête des pères, nous recevions des amis, ceux de Noel qui sont maintenant de proches et grands amis.Ils ont eu la délicatesse de ne pas parler de la fête des pères... et mon garçon n'en a pas parlé du tout.

Nous avons une relation très amicale qui évolue progressivement ....  toutefois sans le dire aux anfants.
C'est moi qui stressait cette année avec  la crainte que la crise de l'an passée se reproduise... 
Mon garçon va beaucoup mieux même si pour lui la difficulté est maintenant d'aller vers les autres.
Il est très gamin pour son âge côté jeu et emotion... un peu comme si il rattrapait à présent les 2 années perdues de son enfance...

Je suis très lucide à présent sur l'impact de mon mal être sur lui... En m'oubliant et m'occupant que de lui, j'ai omis de prendre aussi soin de moi .... 

Gràce à mon ami, à sa patience, sa comprehension et sa réactivité  je commence à renaître à la vie, à me retrouver...tout autre et tellement différente qu'il n'y a plus de comparaison possible avec le passé et de ce fait aucune culpabilité.... Nous ne faisons aucun projet... nous nous épaulons mutuellement, chacun ayant vécu une situation difficile . Il m'a avoué m'avoir croisée il y a un an.. et lui avoir fait peur, ressemblant à un zombi...
Il est rès attentif et sans jugemen et s'investit peu à peu  Cela est formidable.
Simplement une terrible envie d'avancer, de progresser et de vivre au mieux les moments que la vie nous accorde.

Cela me redonne confiance et  la force d'entreprendre.
J'ai beaucoup de problèmes au travail avec mes collègues qui n'ont pas compris que je puisse être plus mal  que l'an passée et reste sur des appriori .... J'ai essayé d'aplanir  les choses en demandan une réunion d'équipe... une collègue a dit 'je ne comprends même pas que l'entreprise puisse garder un tel élément....
J'ai encore des soucis de concentration mais en parallèle suis plus productive au niveau souscriptions ... je vais devoir faire appel aux syndicats pour me protéger car cela devient insidieux.
Cela me touche profondémént ... pour reprendre confiance, j'ai décisé de faire une mise à niveau pour suivre une formation commerciale générale,   occuper aini mon esprit autrement et chercher autre chose ensuite ....

Les encouragements de mon entourage amical, leur confiance me booste et me projette dans l'espérance même si j'ai encore de gros moments de déprime...
Je m'aperçois que leur patience est énorme à mon égard et que ma volonté et le courage d'avancer porte des fruits...

 Alexandre est  dans mon coeur, il est présent différemment, c'est une partie de moi, de ma vie unique et d'une valeur inestimable mais je suis très lucide. Ce que je vis actuellement me correspond car j'ai changé et ne serai plus jamais la même. J'apprends à aimer la nouvelle Martine et à nouveau je me regarde dans la glace sans reconnaître celle d'autrefois... Cela m'a beaucoup déstabilisé au début.  J'ai compris maintenant que je ne pourrais revenir en arrière et ne le souhaite même plus.

Je prends la vie comme elle vient avec ce qu'elle met sur mon chemin de beau et de positif.
Mon garçon est plus épanoui et commence à accepter les limites, il me dit même qu'il m'aime  et que je lui manque.Il est conscient que je ne suis pas toujours bien et est plus attentif et attendrissant.

Mon ami me fait découvrir une serenité que j'avais oubliée avec beaucoup de tendresse, énormémént... Je me rends compte du vide et du manque depuis mon enfance... >en cela c'est déjà énorme... Il me montre une autre image de moi..
et cela est bon...
Mon garçon attend sa visite, il le repousse parfois mais recherche sa présence et quand il sait qu'il vient il descend la rue en courant pour marcher à ses côté entre 'homme'... la vie, le rire, revient peu à peu... le soleil, la lumière arrive à la maison. J'ai refait la cuisine,  brûle des papiers.... il en reste encore...
je me détache du matériel et cela m'étonne...

Voilà, notre vie à ce jour... Je tenais à vous écrire ces quelques mots car il y a 6 mois, je touchais le fond et jamais je n'aurais pensé en sortir ainsi....
Avancer... marcher et garder espoir et une grande  volonté de continuer...

bises à vous tous et 3 fois la main pour dire 'je vous aime"

Martine tititou


 
 



« Modifié: 30 Juin 2014 à 02:59:26 par tititou »
" La souffrance n'est pas une occasion de haïr, c'est une occasion d'aimer.
  C'est la seule chose que nous apprend la mort : qu'il est urgent d'aimer.
  Rien ne supprime le chagrin, mais le vrai coeur le rend utile et bénéfique. " 

 Alexandre-Timilou (héritage laissé dans sa boîte à fouillis)